Maroc

Message d'erreur

  • Deprecated function: The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls in _menu_load_objects() (line 579 of /home/pharmapr/public_html/includes/menu.inc).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: und in include() (line 13 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: und in include() (line 14 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: date_timezone_set() expects parameter 1 to be DateTime, boolean given in format_date() (line 2063 of /home/pharmapr/public_html/includes/common.inc).
  • Warning: date_format() expects parameter 1 to be DateTimeInterface, boolean given in format_date() (line 2073 of /home/pharmapr/public_html/includes/common.inc).

Taxonomy term

Le Maroc célèbre chaque 5 décembre, la journée nationale du don du sang. L'occasion d'appeler les gens à donner leur sang et de poser un geste qui sauve des vies, notamment pour les personnes atteintes de maladies nécessitant une transfusion permanente ou les victimes d'accident de la route.

Selon le Centre national de transfusion sanguine et d'hématologie (CNTSH), la fidélisation des donneurs de sang constitue aujourd'hui un enjeu majeur pour assurer un approvisionnement en sang suffisant et sécurisé dans une société où les besoins ne cessent d’augmenter.

Pour éviter une pénurie de sang, le centre de transfusion sanguine organise une  série campagne de don de sang.

Au Maroc, le taux de don de sang par rapport à la population représente 0,95%, dont celui de don régulier (donneurs réguliers) ne dépassant pas les 15%. Ce taux est très loin du seuil minimum recommandé par l'Organisation mondiale de la santé. En gros, une personne seulement sur 100 fait un don du sang au Maroc. A titre de comparaison, en Algérie, 450 000 donneurs, en  France, 3,2 millions et en tunisiens, 200 000 donneurs (pour 10 millions d'habitants). Outre les dons des bénévoles, l'on distingue aussi les dons de compensation destinés à répondre aux cas d'urgence: dans ce cas, les membres de la famille du patient doivent compenser le sang qui lui sera donné.

La demande est supérieure à l'offre dans de nombreux pays et les services de transfusion sanguine sont confrontés à la nécessité de trouver suffisamment de sang tout en en assurant la qualité et la sécurité. Un approvisionnement suffisant ne peut être garanti qu'à travers des dons de sang réguliers par des donneurs volontaires non rémunérés.

L'objectif de l'OMS est que tous les pays parviennent à s'approvisionner exclusivement auprès de donneurs de sang volontaires non rémunérés d'ici 2020. À l'heure actuelle, à peine 62 pays disposent d'approvisionnements en sang reposant presque totalement sur des dons de sang volontaires non rémunérés, 40 pays étant encore tributaires de donneurs familiaux voire de donneurs rémunérés.

Il faut noter qu'au Maroc, le CNTSH est le seul centre habilité par la loi à récolter et distribuer du sang. Pour ce faire, il dispose de 16 centres régionaux à travers le pays. A titre de comparaison, l'établissement français du don sang dispose de 132 centres dans tout l’hexagone, et organise près de 40.000 collectes mobiles chaque année.


Taxonomy term

Dans un discours lu en son nom par le Dr Abderrahman Maaroufi Directeur du Département d'épidémiologie et de la lutte contre les maladies au ministère de la santé lors du 33ème Congrès Médical National, El Hossein El Ouardi, ministre de la santé, a révélé que 49% des Marocains souffrent d'un trouble mental.

En effet, le ministre vient de confirmer les statistiques officielles selon lesquelles 40% des Marocains âgés de 15 ans et plus souffrent d'un trouble mental : soit 26,5% de troubles dépressifs, 9% d'anxiété généralisée, 5,6% de troubles psychotiques. Les femmes sont plus touchées que la gent masculine (48,5% contre 34,3%) . Au Maroc en estime 70.000 schizophrènes et plus de 3.000 malades dépressifs

Cette rencontre qui coïncide avec le 45ème Congrès Médical Maghrébin a été organisée la semaine dernière à Casablanca sous le thème : "La santé mental au Maghreb".

Selon le ministre, le Maroc a été engagé au cours de la période comprise entre les années 2013 et 2016 dans un programme national de prévention et de lutte contre les troubles mentaux dans le cadre d'une approche globale multisectorielle fondée sur les principes de respect des droits de l'homme. C'est à ce titre, selon le ministre, que son ministère avait intégré le plus grand nombre de professionnels de psychiatrie et santé mentale. Ainsi le nombre des psychiatres est passé de 0.75 médecin pour 100 milles habitants en 2012 à 1 médecin pour 100 milles en 2015, celui des infirmiers/infirmières spécialisés est passé de 759 en 212 à 1003 infirmiers en 2015.

En termes d'infrastructures de soins psychiatriques et santé mentale le ministre de la santé a révélé que six structures médicales de psychiatrie et de santé mentale de nouvelle génération ont été créées dans les hôpitaux publics et quatre autres sont en cours de construction. Quant au budget réservé à cet effet, il est passé de 52 millions de dirhams en 2013 à 113 millions en 2016.

Ce budget consacré à la santé mentale reste insuffisant selon l'Association marocaine pour l'appui, le lien, l'initiation des familles souffrant de troubles psychiques. Outre le budget, le manque d'infrastructures pose toujours problème.


Taxonomy term

La Journée mondiale du sida est célébrée chaque année le 1er décembre, dans le monde entier. Un combat planétaire qui se poursuit depuis plusieurs décennies dans l'espoir d'éradiquer cette épidémie. « Zéro nouvelle infection VIH, zéro décès et zéro discrimination liés au sida » constituent l'un des piliers de la vision adoptée par les Etats membres lors d'une assemblée générale des Nations unies tenue en 2011.

Au Maroc les indicateurs de la maladie sont à la baisse mais l'épidémie est toujours présente.

Même si le taux des personnes atteintes par le virus a diminué de 42% entre 2000 et 2014, l'épidémie continue à se développer, puisque 1.200 personnes contractent le virus et 900 décèdent à cause du VIH/sida chaque année dans le pays, selon les statistiques officielles

Aujourd'hui, le nombre de personnes atteintes par le VIH est estimé à plus de 24.000 personnes dont la moitié est âgée entre 20 et 35 ans, environ 70% de ces 24.000 personnes vivant avec le virus dans notre pays ne le savent pas et ils n'ont pas accès au traitement et continuent malheureusement à transmettre la maladie et seulement 30% des personnes atteintes de VIH le savent, ce qui fait que nous observons encore des diagnostics tardifs et des dépistages insuffisants.

Selon les données sur la répartition géographique, 25% des personnes atteintes par cette maladie se trouvent dans la région de Souss, suivie par la région de Marrakech-Al Haouz, avec 21% de cas, et la région de Casablanca-Settat avec 20% de malades.

Dans notre pays, la maladie s'est féminisée, puisque plus de 51% des cas sont de sexe féminin. Ce chiffre ne représentait que 8 % dans les années 1980. Et selon les statistiques, 75% des femmes sont infectées par leur conjoint.

C'est l'insuffisance du dépistage qui pose le plus problème aussi bien pour le ministère de la Santé que pour des associations malgré l'organisation de grandes campagnes de dépistage. Il faut l'avouer, le Maroc est encore loin pour réaliser la vision du plan stratégique de lutte contre le sida 2012-2016 de l'Onusida : "zéro nouvelle infection, zéro discrimination, zéro décès lié au sida".

La situation est encore inquiétante, il faut qu'on arrive à un taux de dépistage de 90% si on veut éradiquer l'infection au VIH. Pour pallier ce manque, les associations de lutte contre le sida proposent la mise en place d'un nouvel instrument pour que les tests soient effectués par les volontaires des associations et pas seulement que par les médecins.

C'est une épidémie essentiellement concentrée dans les populations vulnérables, notamment dans le Sud où l'on trouve une proportion importante parmi les professionnels du sexe (au niveau de la région d'Agadir avec une prévalence de 5,8% parmi les travailleuses du sexe). Dans le nord du Royaume, les plus touchés sont les usagers de drogue par voie injectable (au niveau de la région de Nador avec une prévalence de 22,5% chez les usagers de drogue injectable).

Il est à signaler qu’en France, depuis le 1er juillet 2015, il est possible d'effectuer soi-même un dépistage du virus du Sida grâce à des autotests mis vente en pharmacie. Il se fait à partir d'une goutte de salive ou de sang. Le résultat sera disponible en quelques minutes.


Taxonomy term

En marge de la 11e conférence et des prix mondiaux du Réseau des organismes de promotion du commerce, organisé le 24 novembre dernier à Marrakech par le centre marocain de promotion des exportations « Maroc Export » ; le groupe pharmaceutique marocain Cooper Pharma a été décerné  par le prestigieux prix « Great Africa » dans la  catégorie « Grande Entreprise » pour sa stratégie d’internationalisation et sa stratégie d’exportations.

Le groupe Cooper Pharma qui est aujourd’hui présent par ses exportations dans plusieurs pays du monde et qui compte construire des usines en Afrique et en proche orient est considéré comme  le premier laboratoire pharmaceutique marocain qui a pu mettre sur le marché marocain le premier médicament générique « Inros » jugé bioéquivalent au princeps par le centre des études de bioéquivalence Cheikh Zaid (CEBCZ).

Il est à signaler qu’a  l’occasion de la visite du roi au Rwanda, Cooper Pharma avait signé deux mémorandums d’entente, l’un avec Rwanda development board (RDB) en vue de la construction d’une unité pharmaceutique Cooper Pharma East Africa qui sera spécialisée dans la fabrication des antibiotiques bêta-lactamines et l’autre avec le Côte d’Ivoire pour la réalisation d’une unité pharmaceutique à Abidjan.

Outre le marché rwandais et ivoirien, cette implantation permet l’écoulement de la production au sein de la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE) qui compte 6 pays de la région : Burundi, Kenya, Ouganda, Rwanda, Soudan du sud et Tanzanie.

Fondé en 1933, Cooper Pharma fabrique près de 160 médicaments, toutes formes galéniques confondues. Le groupe qui emploie plus de 1 300 personnes, réalise 11% de ses ventes à l’international et exporte ses produits vers 15 pays africains et six pays du Moyen-Orient.


Taxonomy term

Première en son genre au Maroc, une enquête a été effectuée par la société d’assurances Atlanta sur «le bonheur au travail au Maroc," une action effectuée par l'Observatoire Marocain du Bonheur (OMB) qui a été créé en novembre dernier.

 Qu’est ce qui rend les marocains heureux ? C’est l’objet de l’enquête qui a été effectuée l’année dernière. Les résultats ont montré que sur l’échelle du bonheur, 96 % sont pour la Religion et le Culte, 80 % pour une bonne santé mais le travail vient au plus bas de l’échelle avec un score de 7%.

Cette étude a permis l’élaboration d’une deuxième enquête qui se penche actuellement sur le bonheur et sa relation au travail. Dans ce sillage, Mr Achraf Naouhi qui supervise le bureau exécutif de l'Observatoire Marocain du Bonheur (OMB) a expliqué que «la deuxième étude est la suite logique de la précédente, le choix du thème du bonheur au travail, apparait comme donnée essentielle parce que le travail occupe une place très importante pour l’individu dans sa recherche du bien-être". Ainsi, à travers les résultats de cette 2ème enquête, plusieurs décisions devraient être prises par les dirigeants au Maroc, pour que le travail constitue une source de bonheur pour un(e) marocain(e).

L’observatoire, a pour but de lancer un débat sur le bonheur au travail pour les Marocains ; comment la présente étude cherche à savoir si le travail rend heureux les marocains, ainsi faire comprendre le concept du bonheur au travail et les sources de satisfaction et d'insatisfaction au travail et si les marocains se sentent en sécurité dans leur travail.

L'étude, qui exclut le secteur informel, s’intéresse à rechercher et à évaluer les sources de bonheur au travail au Maroc, tels que les conditions de travail, la protection sociale, et les causes de stress, la tension et l'anxiété, et ainsi que l'équilibre entre vie privée et vie professionnelle, sans oublier l’amour que portent les Marocains pour leurs entreprises," souligne Fatima-Zahra Bensalah, présidente d’Atlanta.

 Le succès n'est pas la clé du bonheur. Le bonheur est la clé du succès. Si vous aimez ce que vous faites, vous réussirez.


Taxonomy term

Un prix Nobel a été désigné à la tête du conseil scientifique de l'Université internationale Abulcasis des sciences de la santé (UIASS) de Casablanca.

Il  s'agit  de Mme Françoise Barré Sinoussi, prix Nobel 2008 pour avoir participé à la découverte du VIH. Elle est également professeur de classe à l'Institut Pasteur et directrice de recherche Inserm de classe exceptionnelle. Elle est responsable de  l'unité régulation des infections rétrovirales à l'Institut Pasteur. Elle est aussi présidente du Conseil scientifique de l'ANRS.

On trouve des grands calibres dans ce conseil qui est composé de six membres nommés au cours de la durée du mandat présidentiel. Outre Mme Françoise Barré Sinoussi, on trouve :

Le professeur Marie Coll Seck, médecin et femme politique sénégalaise, ancienne responsable de département à l'ONUSIDA à Genève de 1996 à 2001  et actuellement ministre de la Santé du Sénégal.

Le Professeur Claude Cressly,  médecin et chercheur français en immunologie, président de l'association IMAGINE, il a été  le directeur général de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale.

Professeur Mohamed Adnaoui, médecin spécialisé en médecine interne, doyen de la Faculté de Médecine et de Pharmacie de Rabat et médecin spécialisé en médecine interne. Il a été  également directeur général adjoint à l’Hôpital Cheikh Zaid de Rabat.

Docteur Gerard  Friedlander, médecin,  professeur de sciences de la physiologie de la Faculté de médecine de l'Université de Paris-Descartes. Il dirige le Service d’Explorations Fonctionnelles de l’Hôpital Européen Georges Pompidou et de l’Hôpital Necker.

Dr Arnold Munnich, pédiatre-généticien français. Il est le créateur et le chef du département de génétique médicale de l'hôpital Necker-Enfants malades de Paris. Il a été conseiller à la présidence de la République Française de 2007 à 2012.

L’Université internationale des sciences de la santé, qui a ouvert ses portes en octobre 2014, a été fondée en partenariat entre  secteur public et le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la formation scientifique et de gestion, composé d’une faculté de médecine, une faculté de médecine dentaire, une faculté des sciences de la santé à Rabat  et de l’institut supérieur d'ingénierie et des technologies de la santé.

Elle repose sur un réseau important dans l'enseignement de la médecine présente au Maroc, ainsi que d'autres  pays comme la France, le Canada, la Belgique. Elle est soutenue par la Fondation Cheikh Zayed. Cette institution à but lucratif vise  à développer la profession de l'enseignement et de la pratique de la médecine au Maroc.


Pages