sante

Message d'erreur

  • Deprecated function: The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls in _menu_load_objects() (line 579 of /home/pharmapr/public_html/includes/menu.inc).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).

Taxonomy term

L’ANSM rappelleque  tériflunomide (Aubagio, Sanofi) un des traitements de la sclérose en plaques (SEP), présente des effets tératogènes et embryotoxiques chez l’animal à des doses proches des doses thérapeutiques chez l’humain.

Ce rappel, selon l’ANSM, fait suite aux résultats d’une étude de cohorte réalisée par la plateforme de pharmacoépidémiologie PEPS à Rennes qui a identifié plusieurs cas de femmes exposées au tériflunomide pendant leur grossesse. Cette étude, menée à partir des données du Système national des données de santé, a inclus 44 008 femmes en âge de procréer atteintes de SEP, entre le 1er août 2014 et le 31 décembre 2016, réparties en 3 groupes selon leur traitement (tériflunomide, interférons ou acétate de glatiramère, ou aucun traitement). Au total, 2 639 grossesses ont été recensées sur cette période, dont 47 exposées au tériflunomide. Pour les 47 grossesses, la procédure d’élimination accélérée n’avait pas été réalisée ou de manière incorrecte (durée insuffisante ou tardive).

Les recommandations de l’ANSM :

  • Tériflunomide est contre-indiqué pendant la grossesse et chez les femmes en âge de procréer n'utilisant pas de contraception efficace ;
  • Les femmes en âge de procréer doivent utiliser une contraception efficace pendant et après un traitement par tériflunomide, et tant que la concentration plasmatique en tériflunomide reste supérieure à 0,02 mg/l*.
  • En cas de désir de grossesse ou de survenue d’une grossesse non planifiée, le traitement par Tériflunomide doit être arrêté et une procédure d'élimination accélérée doit être entreprise (décrite ci-dessous), afin de diminuer le plus rapidement possible la concentration plasmatique en tériflunomide. En l’absence de procédure d’élimination accélérée, le tériflunomide peut persister de 8 mois à 2 ans dans l’organisme.
  • Ces informations sont détaillées dans les documents  de réduction du risque pour les professionnels de santé et les patients.

Sources : ANSM 


Taxonomy term

Les autorités sanitaires britanniques ont conseillé leurs compatriotes qui voyagent au  Maroc d'éviter de s'approcher des animaux domestiques. Cette mise en garde est intervenue après le décès d'un britannique dans notre pays, a rapporté le journal local Daily Express.

Selon le journal, le ministère britannique de la Santé publique a indiqué dans un communiqué adressé à tous les voyageurs se rendant au Maroc et dans d'autres pays, la nécessité de faire preuve de prudence à l'approche des animaux de compagnie, en particulier  de craindre des blessures par le prix et d'autres maladies infectieuses les chats et les chiens qui peuvent être une source de maladies transmissibles à l'Homme en particulier la rage.

Selon le Daily Express, "un Britanniques est morts après avoir été mordu par un chat infecté par le virus de la rage alors qu'ils se trouvait au Maroc".

"Nous appelons tous les voyageurs britanniques à faire preuve de vigilance, en particulier dans les pays où la rage sévit, car elle constitue une menace pour leur vie", a déclaré Mary Ramsey, directrice de la vaccination du département.

La directrice de la vaccination a appelé les personnes mordues, égratignées ou léchées par un chat, un chien ou un autre animal à laver rapidement la plaie avec de l'eau et du savon et à se rendre immédiatement chez le médecin. " La rage est très rare en Grande-Bretagne et il n'y a pas eu d'infection interne depuis En 1902 ".

La rage est une maladie virale grave touchant les mammifères dont les humains. Après apparition des symptômes, elle est mortelle dans la quasi-totalité des cas. Elle est causée par un virus qui provoque une encéphalite. La rage est une zoonose assez commune qui touche surtout les carnivores.


Taxonomy term

Anas Doukkali, ministère de la Santé, vient de lancé un appel d’offres aux bureaux d’études pour faire un diagnostic des hôpitaux du Maroc.

Selon le texte de l’appel d’offres, 133 établissements sont concernés par ce diagnostic dans toutes les régions du Maroc. L’objectif est de faire un état des lieux, recenser les dysfonctionnements et déterminer les mesures à prendre pour améliorer les prestations dans les hôpitaux publics. L’enveloppe allouée à ce diagnostic est de 130 MDH. Plusieurs bureaux d’études ont postulé et se sont dit intéressés par l’étude.

Selon les spécialistes, 75% des établissements hospitaliers au Maroc ne sont pas conformes aux normes établies par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon un rapport du Réseau marocain pour le droit à la santé, au moins sept hôpitaux sur dix, à travers le pays ne sont pas en condition de recevoir les patients et encore moins de les soigner. La situation est encore plus grave lorsqu’il s’agit des centres spécialisés en psychiatrie et maladies mentales.


Taxonomy term

Selon la presse, Monsieur El Habib Choubani, président de la région Drâa-Tafilalet, voudrait  militariser les hôpitaux au Maroc et réduire les pouvoirs du ministère de la Santé.

 Une déclaration très étrange ! C’est le moins qu'on puisse dire, et surtout quand elle émane d'un haut responsable du Parti de la justice et du développement qui est à la tête du gouvernement.

En effet, dans une déclaration au journal Al-Masaa, Monsieur El Habib Choubani, préconise de mettre les hôpitaux publics sous la tutelle des forces armées royales pour atteindre le niveau des hôpitaux militaires.

Monsieur Choubani a justifié cette demande étrange, par le fait que la discipline est le secret du succès. Pour lui, l'absence de discipline causes l'échec, quelques soient les moyens qu'on employe à cet effet en comparant les services des hôpitaux de campagne des Forces Armées Royales déployés dans les zones de montagne pendant l'hiver et les services des hôpitaux public.

Pour ce faire, selon ce dirigeant, le processus de militarisation des hôpitaux devait se dérouler selon une logique progressive allant des hôpitaux universitaires aux hôpitaux régionaux avec une réduction des pouvoirs du ministère de la Santé, afin de s'adapter à cette réforme !


Taxonomy term

C’est une première au Maroc et au Maghreb. La faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca, le collectif Autisme Maroc, le centre national Mohammed VI, la fondation Orange et la fondation Susa Belgique viennent de créer le premier diplôme universitaire spécialisé en Autisme au Maroc et au Maghreb.

La formation est étalée sur trois ans et devra profiter aux médecins du public, aux psychologues et aux autres professionnels du secteur de la santé.

Selon le doyen de la faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca, le lancement de ce diplôme est venu combler un vide constaté dans le domaine du traitement et du suivi de cette maladie et répondre à la demande de professionnels soucieux d’acquérir les connaissances théoriques et pratiques nécessaires et appropriées.

L’autisme est un trouble sévère et précoce du développement de l’enfant apparaissant avant l’âge de 3 ans. Il est caractérisé par un isolement, une perturbation des interactions sociales, des troubles du langage, de la communication non verbale et des activités stéréotypées avec restriction des intérêts.

L'autisme est un handicap qui touche 1 personne sur 150 dans le monde. Au Maroc, il n’existe pas de statistiques réelles, mais les derniers chiffres approximatifs, déclarés en 2014, annonçaient entre 400.000 et 500.000 autistes.


Taxonomy term

  • 07 fév 2019

  • Par : Mostafa EL HALI

  • Tags : Maroc, sante

Dans le cadre d’aide, d’accompagnement et de soutient, l’Union Européenne et l’Organisation mondiale de la Santé continuent à financer la réforme du secteur de la Santé du Maroc.

Après le programme d'Appui "PASS I" en 2015, 100 millions d’euros sont ainsi mis à la disposition du Maroc pour l’accompagner dans la mise en œuvre du plan Santé (programme d'Appui "PASS II").  

L’objectif de ce programme est de rapprocher le ministère des préoccupations des usagers de services de santé, de réduire les disparités entre les zones rurales et celles urbaines, renforcer le partenariat public-privé, mettre en place un système d’information performant pour les facturations hospitalières. L’accompagnement consiste également à accompagner le Maroc dans le processus de la régionalisation avancée.

Et c'est dans ce contexte que s'inscrit l’organisation du 1er Forum de "Hôpital public du Futur" par le ministère de la Santé le 24 et 25 janvier dernier  à Agadir. Selon les organisateurs, ce forum rentre dans le cadre du Programme d’appui à la réforme du secteur de la santé (PASS II), pour la mise en œuvre du plan Santé 2025 adopté par le Maroc, dont "la vision repose sur les principes de continuité, de proximité, de solidarité, d’égalité, d’efficience et de qualité des services".

Il est à noter que malheureusement le Maroc n’arrive pas encore à améliorer ses services de santé publique. Dans une récente étude publiée par la revue médicale britannique "Th lancet", un magazine spécialisé, le Maroc, se classerait au 97ème rang mondial en termes de  santé, selon une enquête menée dans 190 pays.

L’étude a montré que le Maroc se situait à la traîne derrière l’Algérie, qui occupait le 48e rang, la Tunisie, qui occupait le 54e rang, et la Libye, qui occupait le 9e rang.

Cette étude réalisée par l'Institut américain des mesures et évaluations de la santé (IHME) à Seattle et financée par la fondation Bill et Melinda Gates, est la première évaluation annuelle des performances de santé relatives aux Objectifs de développement durable (ODD/SDG) des Nations Unies.

Pour permettre à tous de vivre en bonne santé et à promouvoir le bien-être de tous à tout âge, l’Organisation mondiale avait lancé un programme de développement durable 2030 (Objectif 3 de développement durable). Le Maroc va-t-il relever, d’ici 2030, ces défis de santé ?


Taxonomy term

Le Réseau Marocain pour la Défense du Droit à la Santé révèle un nouveau scandale dont les invistigateurs sont des conseillers et des élus communaux.

L’ONG affirme que ces derniers distribuent des médicaments de maladies chroniques directement aux patients à domicile et à certaines associations au mépris des lois et règlements en vigueur relatifs au code du médicament et de la pharmacie.

Le réseau a mis en garde contre les risques que présente ce phénomène pour la santé des citoyens.

Les médicaments sont des produits  de consommation pas comme les autres. Ils doivent être prescrits sur une ordonnance par un médecin et seuls les pharmaciens sont habilités à les dispenser au patient. 

Les communes sont censées remettre ces médicaments aux centres de santé et aux hôpitaux qui leur sont affiliés conformément à la loi.

Selon le réseau, ces conseillers et ces élus communaux utilisent le médicament comme un fonds de commerce électoral. Plus grave, le réseau a révélé que ces conseillers disposaient d'un registre électronique des noms des patients diabétiques et de leurs adresses.

La gravité de la question, selon les responsables du réseau, en plus du non respect des normes légales en vigueur, réside dans le fait que la santé du citoyen, prise en otage par le contexte électoral et humanitaire, a transformé les médicaments en produits de consommation quotidienne tels que le sucre, la farine et l'huile, distribués aux personnes dans le besoin sans aucun contrôle.


Taxonomy term

Bonne nouvelle pour les femmes qui cherchent un nouveau moyen de contraception. Des chercheurs américains de l’Institut de technologie de Géorgie, à Atlanta, ont mis au point un patch avec des micro-aiguilles qui permet de s’auto-administrer un contraceptif à effet prolongé. Cette technologie, déjà développée pour l’injection de vaccins, offrirait aux femmes un nouveau mode de contraception.

Le patch renferme des micro-aiguilles destinées à se casser, à rester sous la peau et à libérer une molécule contraceptive, le lévonorgestrel.

Le patch n'a pas encore été testé sur des femmes mais les chercheurs sont optimistes en raison de l'efficacité du lévonorgestrel comme contraceptif. Ils aimeraient aussi savoir si un tel patch pourrait contenir suffisamment de contraceptif pour six moi.

Selon les auteurs de ces travaux le patch contraceptif pourrait être intéressant dans des pays où l'accès à la contraception est limité, mais il offrirait aussi une nouvelle option de contraception pour beaucoup de femmes dans le monde.

Pour les chercheurs, si l’utilisation du patch contraceptif est finalement approuvée, ce patch pourrait devenir le premier contraceptif auto-administré à action prolongée ne comportant pas d’injection à l’aiguille classique.


Taxonomy term

L’instar de la communauté internationale, le Maroc a célébré le 4 février 2019 la journée mondiale de lutte contre le cancer. Cette célébration a pour objectif de réduire la morbidité et la mortalité imputables au cancer et d'améliorer la qualité de vie des patients et de leurs proches, dans un cadre global et intégré basé sur la mobilisation sociale.

Selon l’OMS, le tabagisme est le facteur le plus important de la mortalité par cancer dans le monde, car il cause, selon les estimations, 22% des décès par cancer par an. Il en est de même pour la consommation d’alcool qui est à l’origine de nombreux types de cancer, notamment ceux de la cavité buccale, du pharynx, du larynx, de l’œsophage, du foie, du côlon et du rectum et du sein.

Au Maroc, les cancers du sein et du col utérin constituent un véritable problème de santé publique. Ils sont les plus fréquents car ils représentent environ 5 cancers sur 10 chez la femme.

On enregistre chaque année 40.000 nouveau cas de cancers dans notre pays, dont plus 1.200 chez les enfants. Le cancer est responsable à lui seul de près de 7,2% de l’ensemble des décès enregistrés. Ceci est dû d’une part à l’allongement de l’espérance de vie dans notre pays qui est passée de 49 ans en 1962 à 73 ans en 2014, et d’autre part au développement socio-économique, aux changements environnementaux et aux évolutions du mode de vie des Marocains : alimentation, stress, pollution, tabagisme, alcool …

Cancer au Maroc : les chiffres

Chez l'homme :

  • Cancer du poumon : 3.497 cas.
  • Cancer de la prostate : 2.332 cas.
  • Cancer de la vessie : 1.429 cas.
  • Cancer du côlon et du rectum : 1.358 cas.
  • Le lymphome non hodgkinien : 1.089 cas.

Chez la femme :

  • Cancer du sein : 6.650 cas.
  • Cancer du col de l'utérus : 2.258 cas.
  • Cancer du côlon et du rectum : 1.126 cas.
  • Cancer de la thyroïde : 929 cas.
  • Cancer de l'ovaire : 735 cas.

Taxonomy term

  • 01 fév 2019

  • Par : Dr. Zouhair Lahna

  • Tags : sante, Maladie

Quand je ferme mes yeux et j’essaie de m’enfoncer dans mes souvenirs, je revois l’enfant de quatre ou cinq ans que j’étais combattre l’étouffement pour survivre. Asthmatique, il manquait d’air, chaque inspiration était difficile. Les expirations provoquaient des sifflements, qui deviennent de plus en plus audibles au plus fort de la crise. Il avait l’impression d’avoir des oiseaux dans son petit thorax. Les oiseaux c’est beau mais il n’en voulait pas. Cette sensation de manquer d’air est terrible… Il sentait qu’il est en train d’étouffer, ça le fatiguait de tirer sur ses petits muscles thoraciques à la recherche de l’oxygène, et ceci lui donnait l’impression funeste de l’imminence de la mort.

Cette faiblesse imposée par la maladie et fragilité occasionnée par l’allergie, a provoqué en moi une envie de combat. Un combat pour la survie … et la réussite. D’ailleurs, avais-je le choix ? Très jeune j’ai compris qu’il me faudrait étudier pour avoir un métier qui ne requiert pas une grande force physique. Jeune ou très jeune, je ne pouvais penser ni à l’argent ni au statut social ou encore les honneurs.

Ainsi, chaque rentrée scolaire, à la chute des températures, j’avais rendez-vous avec les crises qui me rappelaient ma fragilité et l’éphémère des plaisirs des vacances d’été en famille. Et si maintenant, j’aime l’automne, jeune je le détestais. Puisqu’il signifiait à mes yeux, la grisaille de la mort imminente.

Comme tout enfant, j’avais appris à vivre avec ma maladie et gérer ma faiblesse. Et comme tout garçon, je ne pouvais rester trop sage, j’avais des dépassements et bien sur des crises. Jusqu’à ce que ma volonté de vivre comme les autres : aller à la mer, faire du sport, sortir un peu le soir… a pu prendre le dessus et vaincre (presque) mon asthme. J’en garde toujours un terrain allergique, mais très peu de crises.

J’écris ce texte, pour donner de l’espérance aux jeunes et aux malades et parce qu’il a fallu fouiller dans moi-même pour trouver des réponses à mon engagement grandissant vis-à-vis des faibles et démunis. Cette volonté qui m’habite quotidiennement pour chercher les moyens de me rendre utile en y mettant tous les sacrifices nécessaires : Carrière, famille, quiétude et bourgeoisie…

Un collègue chirurgien m’a dit une fois avec un sourire au coin : Je respecte ce que tu fais, mais tu es comme quelqu’un assis dans une barque, en train de ramer à contre courant … Bravo, mais je ne le ferai pas !!

Justement c’est peut être cette envie de ramer à contre courant sur la mer dont j’ai été presque interdit pendant ma jeunesse, qui motive mes convictions et ma volonté de secourir ceux qui sont interdits de soins de qualité. Comme tous ces enfants de la plaine qui prennent la mer pour se sauver de leur quotidien, en cas de naufrage et de bon destin, ils trouvent des mains secourantes.

Je vois mon engagement comme une nécessité de lutter même avec les maigres moyens dont je dispose, contre les injustices que subissent les malades dans les pays en guerre et les pays pauvres ou déséquilibrés.

Certes, beaucoup de personnes font du bien de part le monde et d’autres transforment leurs métiers en vocation, mais pour que ceci devienne le quotidien qui anime une destinée, il faut bien plus : Il faut combattre pour la Vie!!


Pages