Message d'erreur

  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Deprecated function: The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls in menu_set_active_trail() (line 2405 of /home/pharmapr/public_html/includes/menu.inc).

L’OMS se félicite du financement mondial de la santé pour le vaccin antipaludique

Communiqué de presse - 17 NOVEMBRE 2016 - GENÈVE L’OMS confirme aujourd’hui que le premier vaccin antipaludique au monde va être déployé dans le cadre de projets pilotes en Afrique subsaharienne. Le financement de la phase initiale du programme est désormais assuré et les vaccinations devraient commencer en 2018.

Le vaccin, appelé RTS,S, agit contre P. falciparum, à l’origine de la forme la plus mortelle de paludisme dans le monde et ayant la plus grande prévalence en Afrique. Des essais cliniques avancés ont montré que le RTS,S confère une protection partielle contre le paludisme chez le jeune enfant.

«Le déploiement pilote de ce vaccin de première génération marque un tournant historique dans la lutte contre le paludisme», se réjouit le Dr Pedro Alonso, Directeur du Programme mondial de lutte antipaludique de l’OMS. «Ces projets pilotes fourniront les données en conditions réelles dont nous avons besoin pour prendre des décisions informées sur le déploiement du vaccin à grande échelle.»

Financement et développement du vaccin

Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme a approuvé aujourd’hui une enveloppe de US $15 millions pour les essais pilotes du vaccin, assurant ainsi le financement complet de la première phase du programme. Cette année, l’Alliance GAVI et UNITAID avaient déjà annoncé des engagements allant jusqu’à 27,5 millions de dollars (US $) et 9,6 millions de dollars (US $), respectivement, pour les 4 premières années du programme de vaccination.

Le RTS,S a été mis au point dans le cadre d’un partenariat entre GlaxoSmithKline et la Malaria Vaccine Initiative (MVI) du PATH, avec l’appui de la Fondation Bill & Melinda Gates et d’un réseau de centres africains de recherche.

«L’OMS reconnaît et salue le leadership et l’appui de tous les organismes de financement et les partenaires qui ont permis ce succès», indique le Dr Jean-Marie Okwo-Bele, Directeur à l’OMS du Département Vaccinations, vaccins et produits biologiques.

Programme du vaccin recommandé par deux organes consultatifs de l’OMS

En octobre 2015, deux groupes consultatifs indépendants de l’OMS réunissant les plus grands experts mondiaux sur les vaccins et le paludisme, le Groupe stratégique consultatif d’experts (SAGE) sur la vaccination et le Comité de pilotage de la lutte antipaludique (MPAC), ont recommandé la mise en œuvre pilote du vaccin RTS,S dans 3 à 5 sites en Afrique subsaharienne. Ces recommandations ont suivi une annonce en juillet 2015 indiquant que l’Agence européenne du médicament (EMA) avait émis une opinion scientifique favorable pour ce vaccin.

 

L’OMS a officiellement adopté les recommandations du SAGE et du MPAC en janvier 2016 et a œuvré depuis lors pour mobiliser l’appui financier destiné aux essais pilotes et pour finaliser la conception du programme. Le programme pilote évaluera la faisabilité de l’administration des 4 doses requises de RTS,S; l’impact de celui-ci en termes de vies sauvées ; et l’innocuité du vaccin dans le contexte d’une utilisation ordinaire.

Il évaluera aussi dans quelle mesure l’effet protecteur mis en évidence chez les enfants âgés de 5 à 17 mois au cours de l’essai en phase 3 peut être reproduit dans les conditions réelles.

Sélection des pays

Le RTS,S est le premier vaccin antipaludique à achever avec succès la phase 3 cruciale des essais. Plus de 15 000 nourrissons et jeunes enfants ont été recrutés dans 7 pays d’Afrique subsaharienne pour les essais en phase 3. Les pays qui y ont participé seront prioritaires pour être intégrés dans le programme pilote de l’OMS. Les consultations se poursuivent et les noms des trois pays retenus seront annoncés dans les prochaines semaines.

Un outil de lutte complémentaire

Le vaccin RTS,S est proposé comme un outil devant compléter l’ensemble des mesures de prévention, de diagnostic et de traitement recommandées par l’OMS, et il sera utilisé en association avec les interventions actuelles.

Parmi les autres outils, on citera les moustiquaires à imprégnation durable, les pulvérisations d’insecticide sur les murs à l’intérieur des habitations, le traitement préventif pour les nourrissons et pendant la grossesse, les tests de diagnostic rapide et le traitement des cas confirmés au moyen de médicaments antipaludiques efficaces.

Le déploiement de ces outils a déjà permis d’obtenir une baisse spectaculaire de la charge de morbidité imputable au paludisme dans de nombreux sites en Afrique. De 2000 à 2015, l’incidence des nouveaux cas en Afrique subsaharienne a diminué de 42% et les taux de mortalité par paludisme de 66%. Cette Région continue cependant de concentrer environ 90% du nombre mondial des cas et des décès.

Le RTS,S n’étant que partiellement efficace, il sera essentiel de rechercher le paludisme chez tout patient vacciné présentant une fièvre et de traiter tous ceux qui auront un diagnostic confirmant le paludisme avec des médicaments antipaludiques efficaces et de qualité.

source/ Organisation Mondiale de la Santé