Vaccins

Message d'erreur

  • Deprecated function: The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls in _menu_load_objects() (line 579 of /home/pharmapr/public_html/includes/menu.inc).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).

Taxonomy term

Selon un article de l’hebdomadaire "Américain Morbidity and Mortality Weekly Report" publié la semaine dernière, un petit garçon de 6 ans, résident en Oregon, est resté hospitalisé 57 jours, dont 47 en réanimation, après avoir attrapé le tétanos. Il n’avait pas été vacciné par ses parents.

Selon l’article, l’enfant de 5 ans jouait à l’extérieur d’une ferme lorsqu’il s’est coupé le front. Une petite lacération qui ne nécessite pas de points de suture et que ses parents soignent à la maison.

 Six jours plus tard, l’enfant serre la mâchoire, a du mal à respirer et souffre de spasmes musculaires involontaires. Ses parents s’inquiètent et l’emmènent alors à l’hôpital. Le verdict tombe rapidement : le petit garçon, non vacciné, a attrapé le tétanos.

L’enfant est admis dans une unité de soins intensifs pendant deux mois dans une chambre noire avec des bouchons d’oreilles car toute stimulation, visuelle ou auditive, pouvant augmenter l’intensité de ses spasmes. L’enfant reçoit des immunoglobulines antitétaniques et une vaccination contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche.

Après les 57 jours d'hospitalisation, le garçon s'en est finalement sorti. Les frais médicaux se sont élevés à 811 929 dollars. Soit la bagatelle d'environ 720 000 euros.

Selon les spécialistes, cela faisait 30 ans qu’on n’avait pas vu ressurgir le tétanos chez un enfant dans l’Oregon.

En France, malgré que  le vaccin contre le tétanos est obligatoire pour les nourrissons, avec deux doses la première année et un rappel à 11 mois,trente-six cas de tétanos ont été relevés en France entre 2008 et 2011, à chaque fois sur des personnes dont la vaccination n’était pas à jour.


Taxonomy term

Lors d'une réunion de communication des membres du PPS (Parti du Progrès et du Socialisme) à Rabat, M. Anas Doukkali, ministère de la santé, a déclaré que son ministère a créé, en partenariat avec l’institut pasteur, une nouvelle unité industrielle pour la production de vaccins et de produits biologiques.

C’est dans ce cadre que le ministère de la santé vient de lancer un appel d'offres pour la production de vaccins contre la grippe porcine. Cette décision est due au climat de panique, voire de psychose engendré par le virus grippal cet hiver.

Selon le ministère de la Santé, la création de cette nouvelle unité industrielle s'inscrit dans le cadre de la stratégie " Plan de santé 2025 " visant à prévenir les maladies chroniques et non transmissibles, et à réduire le nombre de décès et d'invalidités associés à des maladies graves et à des épidémies, en particulier la grippe porcine.

Par ailleurs, la panique engendrée  par le virus grippal n'est pas justifiée. Selon M. Anas Doukkali, d’après les résultats des analyses effectuées sur 656 échantillons au laboratoire national de référence (relevant du ministère de la Santé), la situation épidémiologique est similaire à celle enregistrée au niveau international, notant qu’un total de 148 cas ont été diagnostiqués, soit 22,6% de l’échantillon. Le virus de type A représente 97,3% en comparaison avec le virus de type B, notant que 80,6% des virus identifiés de type A sont des H1N1.


Taxonomy term

Le Rouvax était le seul vaccin rougeoleux monovalent pour les 6-9 mois à disposer d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) chez les nourrissons âgés de 6 à 8 mois mais Suite à l’arrêt de sa commercialisation par le laboratoire Sanofi Pasteur, la Haute Autorité de Santé(HAS) recommande son remplacement par le vaccin trivalent ROR (hors AMM pour les nourrissons de moins de 6 mois). Pour la HAS, les situations pour lesquelles une vaccination contre la rougeole est requise avant l’âge de 12 mois sont la prophylaxie post-exposition, voyage en zone d’endémie  et l’infection par le VIH ou attente de transplantation. Dans ces cas, la HAS recommande l’administration d’un vaccin trivalent ROR (hors AMM pour les nourrissons de moins de 6 mois).

Les nourrissons devront ensuite recevoir les deux injections de ROR prévues par le calendrier vaccinal en vigueur, la première à partir de 12 mois et la seconde entre 16 et 18 mois, en respectant un intervalle d’au moins un mois entre les doses.

Il est à noter que les deux autres vaccins contenant la valence rougeoleuse commercialisés en France sont les vaccins trivalents Priorix et M-M-Rvaxpro qui disposent d’une AMM à partir de l’âge de 9 mois.

 


Taxonomy term

Avis de la SFSP concernant la politique vaccinale rendant obligatoires 11 vaccins

La Société Française de Santé Publique rappelle que la vaccination est l’un des grands succès de la santé publique et qu’elle est résolument favorable à la vaccination selon le calendrier recommandé à tout âge.

La vaccination est un acte efficace de protection individuelle et collective dont le rapport

bénéfice/risque est très supérieur à la majorité des traitements existants, pour un coût relativement faible. La vaccination a été et reste un instrument essentiel au contrôle voire à l’éradication de nombreuses maladies infectieuses et à la réduction de leurs conséquences, incluant la mortalité prématurée.

En décembre 2016, la SFSP a émis un avis suite au rapport du Comité d'Orientation de la concertation citoyenne sur la Vaccination1

En accord avec le principal objectif du rapport qui est la levée de l’obligation vaccinale, elle proposait cependant de s’engager résolument sans délai vers cette levée de l’obligation vaccinale qui porte actuellement sur trois vaccins. Il s’agissait, d’une part, de gommer la différence perçue entre vaccins obligatoires et recommandés, différence non corrélée à la fréquence ou la gravité des pathologies ; et d’autre part, de permettre à l'usager, comme dans d’autres domaines de santé, d’être acteur de sa santé et d'exercer ses responsabilités envers ses enfants.

Aujourd’hui, la SFSP prend acte de la décision des pouvoirs publics de rendre la vaccination obligatoire pour 11 vaccins de la petite enfance.

Avec d’autres instances (Conférence nationale de santé, Collège national des généralistes enseignants…), elle rappelle l’importance de mettre en œuvre les autres mesures proposées tant par la concertation citoyenne que par la SFSP et ce, sans délai. Il s’agit pour la plupart de mesures non réglementaires, car la loi et les règlements ne peuvent tenir lieu à eux seuls de l’action de santé publique.

Elle appelle donc, afin que cette décision des pouvoirs publics ne soit pas contre-productive en matière de couverture vaccinale :

▪ À mettre à disposition, vaccin par vaccin, un argumentaire scientifique compréhensible pour tous.

▪ À renforcer le plaidoyer en faveur des vaccinations auprès du grand public, en l’adaptant aux freins et leviers spécifiques des groupes les plus difficiles à rejoindre, et en mettant en œuvre un fort dispositif de communication pérenne envers la population.

▪ À compléter ce plaidoyer par des campagnes d’information régulières et par le renforcement des formations initiales et continues vis-à-vis de la vaccination auprès des professionnels de santé.

▪ À garantir la gratuité des vaccins sans avance de frais par l’usager quelle que soit la couverture sociale des personnes, quel que soit le lieu de vaccination et quel que soit le professionnel réalisant l’acte.

▪ À généraliser et à rendre obligatoire la traçabilité de la vaccination par l'utilisation des carnets de vaccination électroniques, permettant ainsi l’information du patient, l’information entre professionnels de santé, et le suivi des couvertures vaccinales à une échelle locale ou nationale.

▪ À élargir la liste des professionnels de santé à même d'assurer des vaccinations afin de limiter les occasions manquées et simplifier le circuit actuel de vaccination.

▪ À mobiliser les professionnels de santé pour qu’ils soient exemplaires vis-à-vis de leur propre couverture vaccinale et le cas échéant, trouver des mécanismes incitatifs à définir.

▪ À encourager des recherches qualitatives sur les réticences à la vaccination et la genèse des rumeurs.

▪ à mettre en œuvre en temps réel une évaluation de cette politique publique, y compris par comparaison avec les pays voisins afin de faire progresser l'harmonisation des pratiques vaccinales au sein de l'Europe.


Taxonomy term

La société belge Univercells vient de recevoir une subvention de $12 millions de la Fondation Bill & Melinda Gates afin de développer une plate-forme révolutionnaire de fabrication de vaccins.

Ce projet a pour  cible les pays en développement et sera conduit par un consortium comprenant également Batavia Biosciences et Natrix Separations. Le projet de cette plate-forme de fabrication combinera la production en continue avec l’intensification du processus, ce qui permettrai de réduire le coût de production des vaccins dans ces pays et aussi augmenter leur disponibilité et leur accessibilité.

Le but par cette combinaison de travail est de créer des micro-usines locales, autonomes  et peu coûteuses en créant une décentralisation de la fabrication. Quant à l’appui technologique, il sera assuré par Univercells qui emploie emploient l’intensification et l’intégration de processus, sur la technologie innovante de Natrix, qui met en œuvre une membrane de chromatographie à usage unique et sur les compétences de Batavia en matière de développement et fabrication de vaccins.

La première étape, est de mettre en place une micro-usine pour produire le vaccin inactivé contre la poliomyélite (sIPV). Cette unité pourra fournir des doses importantes de vaccin trivalent par an, pour un coût de fabrication inférieur à 14 centimes d’euro par dose.

 Ce nouveau concept de production pourra permettre aux pays en développement de faire face aux problèmes liés à la fabrication des vaccins en réduisant et simplifiant le processus, tout en garantissant un haut degré de sécurité et de confinement.

 Ce  consortium composé de la Fondation Bill & Melinda Gates, Batavia Biosciences et Natrix Separations, promet d’être très révolutionnaire puisqu’il regroupe un savoir-faire considérable et des technologies très innovantes.

Source : Univercells