sante

Message d'erreur

  • Deprecated function: The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls in _menu_load_objects() (line 579 of /home/pharmapr/public_html/includes/menu.inc).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).

Taxonomy term

 Lors d’une conférence de presse organisée la semaine dernière à Casablanca à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les hépatites, l’Association "SOS hépatites Maroc" a tiré la sonnette d'alarme face à "l'épidémie silencieuse" d'hépatite C. Selon une étude du Journal of Viral Hepatitis, 400.000 Marocains ont déjà contractés l’infection, 16 sont infectés par jour par l’hépatite C et 15 en meurent chaque jour, soit 5 000 Marocains chaque année ! Selon SOS hépatites Maroc, les personnes atteintes d’hépatite C et d’hépatite B représentent respectivement 1,2% et 2,5% de la population. Toutefois, ces pourcentages pourraient être plus élevés chez certaines catégorie à risque ou vulnérables telles que les toxicomanes, les personnes atteintes de maladies sexuellement transmissibles et celles atteintes d’insuffisance rénale. Le paradoxe marocain: Les malades de l’hépatite C disposent désormais au Maroc de traitements efficaces, à coûts réduits, grâce à la production de génériques dans le pays. En revanche, l’accès au dépistage et aux examens biologiques reste largement insuffisant. En cause : les prix ! C’est ce que pointe l’étude publiée par l’Association de lutte contre le sida (ALCS), « Diagnostic et suivi de l’hépatite virale C au Maroc - Etat des lieux, stratégies pour un accès universel », incluant une comparaison internationale avec 20 pays au profil socio-économique similaire. Selon cette étude, il est nécessaire d’offrir un dépistage gratuit pour tous. C’est la condition sine qua non pour continuer d’espérer l'élimination du virus d’ici 2030. Il est à noter que l première Journée mondiale contre l’hépatite a eu lieu en 2008. En juillet 2010, l’Organisation mondiale de la Santé a déclaré le 28 juillet comme étant la journée mondiale contre l’hépatite, l'une des huit journées officielles mondiales de sensibilisation de la santé.


Taxonomy term

Dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche, le 23 juin, 90 professionnels de santé ont alerté sur les risques d’overdose et d’addiction aux opiacés.

Ces professionnels estiment qu'il est urgent d'agir alors que 12 millions de Français utilisent des médicaments opiacés, sans être alertés sur leur potentiel addictif et sur les risques d'overdoses. Selon eux, les hospitalisations pour ce motif ont doublé et les décès ont triplé.

Alors que la crise des opiacés fait des milliers de morts outre-Atlantique, "la France pourrait à son tour encourir le risque d'une crise sanitaire" selon ces professionnels.

Des milliers de morts aux Etats-Unis :

 Les opioïdes tuent près de 200 Américains par jour, 72000 en 2017, c’est plus que les armes à feu et les accidents de la route combinés. C’est ce que nous révèle un reportage terrible diffusé jeudi 21 février lors de l'émission Envoyé spécial de France 2.

Des américains ordinaires s’écroulent en pleine rue, au supermarché, au volant de leur voiture… victimes d’overdose parfois aux côtés de leurs enfants! La mort sur ordonnance frappe partout, même dans les allées de supermarché. Devant sa petite fille en pleurs, une jeune femme s'est écroulée sous les caméras de surveillance, en faisant ses courses.

Vendus légalement, médicaments antidouleur extrêmement puissants et addictifs sont prescrits massivement pour des douleurs chroniques comme l'arthrose ou le mal de dos. Ces molécules provoquent à travers les Etats-Unis des overdoses en série. En plein jour, en pleine rue.

C’est l'Oxycontin, un antidouleur, à base d'opium qui est à l’origine de cette épidémie. Pendant des années, des médecins ont fait la publicité d'Oxycontin: "pas de dépendance, pas de risque d'addiction", affirmaient-ils. Les ventes ont été dopées, à grand renfort de campagnes publicitaires.


Taxonomy term

Le suédois "Diaverum", groupe spécialisé dans le diagnostic et le traitement des maladies rénales, vient d’annoncer son entrée sur le marché africain et cible comme premier pays d’implantation le Maroc à travers un partenariat avec le Centre d’hémodialyse de Marrakech (CHM).

Selon l’association "Reins", spécialisée dans la lutte contre les maladies rénales, le Maroc compte plus de 25 000 patients requérant une suppléance extra-rénale. Il présente aussi des fondamentaux démographiques qui préfigurent une augmentation importante des besoins en soins néphrologiques à moyen terme.

À travers ce partenariat, "Diaverum",  souhaite non seulement améliorer la prise en charge des patients locaux, mais également faire bénéficier des patients étrangers, désireux de visiter le Maroc, d’une offre coordonnée de services ; notamment dans le cadre de son programme de vacances "d.Holiday" et de son réseau international de centres, ainsi qu’en s’appuyant sur son programme de formation continue des équipes soignantes "d.Academy".

A propos de Diaverum          

Leader des soins néphrologiques en Europe, la mission de Diaverum est d’améliorer la qualité de vie des patients insuffisants rénaux en proposant une prise en charge coordonnée et pluridisciplinaire de soins néphrologiques. Notre objectif est d’apporter des soins et une assistance personnalisée aux patients, qui doivent pouvoir être confiants en l’excellence et la sécurité de leur prise en charge médicale. Avec 11.000 collaborateurs, le groupe est présent dans 19 pays (Europe dont la France, Amérique Latine, Asie et Moyen Orient) et prend en charge 36.000 patients dans ses 380 centres.


Taxonomy term

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM)  vient de retirer les autorisations de mise sur le marché (AMM) des médicaments à base de méphénésine après une réévaluation du rapport bénéfice/risque qui a été jugé "défavorable".

Sont visés par cette décision de l'ANSM, le Decontractyl 500mg, comprimé enrobé et le Decontractyl Baume, pommade du laboratoire Sanofi Aventis France.

Les médicaments à base de méphénésine ne sont plus disponibles sur le marché français à partir du 28 juin dernier.

A ce sujet le laboratoire Sanofi-Aventis informe les médecins généralistes, rhumatologues, médecins rééducateurs et pharmaciens du retrait effectué à la demande de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM) des autorisations de mise sur le marché des médicaments contenant de la méphénésine (Decontractyl® 500mg, comprimé enrobé et Decontractyl® Baume, pommade). Cette décision fait suite à une réévaluation du rapport bénéfice/risque.

Les médicaments, Decontractyl® 500mg, comprimé enrobé, et Decontractyl® Baume, pommade, qui contiennent le principe actif méphénésine (associé à du nicotinate de méthyle pour la forme pommade) sont soumis à prescription médicale facultative. Ils sont indiqués dans le traitement d’appoint des contractures musculaires douloureuses, pour la forme comprimé ; et dans le traitement local d’appoint des douleurs d’origine musculaire de l’adulte, pour la forme pommade.

La réévaluation par l’ANSM du rapport bénéfice/risque s’inscrit dans un contexte de signalement de plusieurs cas graves de pharmacovigilance ainsi que de cas de mésusage pouvant conduire à une dépendance pour la spécialité Décontractyl® 500 mg, comprimé enrobé ; et de cas de réactions au site d’administration et de risque de transfert passif de l’ingrédient actif lors d’un contact mère-enfant pour la forme topique Decontractyl® Baume.

Les résultats de la réévaluation bénéfice/risque concluent que les données d’efficacité apportent un niveau de preuves cliniques faible de ces médicaments et ne permettent plus de contrebalancer les risques.

Considérant les données disponibles d’efficacité et de sécurité présentées et notamment les cas graves d’hypersensibilité, de réactions locales et de malaise, ainsi que les signalements de mésusage (abus et dépendances), l’ANSM a décidé de retirer les autorisations de mises sur le marché de ces médicaments. En conséquence, le laboratoire Sanofi-Aventis France procède au retrait du marché de ses spécialités Decontractyl® 500mg, comprimé enrobé, et de Décontractyl® Baume, pommade.

Il est à signaler que  la revue indépendante Prescrire avait inscrits en janvier dernier la "méphénésine" sur sa liste noire des médicaments "plus dangereux qu'utiles".

 


Taxonomy term

  • 22 juil 2019

  • Par : Mostafa EL HALI

  • Tags : Maroc, sante

Le Ministre de la Santé, Anas Doukkali et le Président Directeur Général de Sanofi-Aventis Maroc, Amine Benabderrazik, ont signé, la semaine dernière à Rabat, une convention cadre de partenariat public-privé pour une meilleure prise en charge des maladies rares. Cette convention qui s’étale sur une durée de 3 ans s’articule autour de 3 axes, à savoir: la mise en place de centres de références pour la prise en charge des patients atteints de maladies rares au niveau des centres hospitaliers universitaires, la mise en place d’un registre national des maladies rares dès 2020, ainsi que la formation continue et la sensibilisation d’environ 450 professionnels de santé autour des maladies rares. Sanofi-Aventis Maroc s’engage, auprès du Ministère de la sante, à contribuer à la mise en place de ces centres de référence et à assurer la formation continue de près de 450 médecins pédiatres, médecins généralistes et autres spécialistes. Aujourd’hui au Maroc, une personne sur 20 est concernée par les maladies rares ce qui totalise environ 1,5 million de patients marocains atteints par une de ces pathologies Drépanocytose, thalassémie, mucoviscidose, méningocèle postérieure, trisomie X, urticaire solaire … ces pathologies sont dénombrées aujourd’hui à près de 8.000, et de nouvelles maladies sont régulièrement décrites dans la littérature médicale. Extrêmement diverses, elles sont d’origine génétique dans 80% des cas, infectieuse, cancéreuse, ou auto-immune. 3 maladies sur 4 se déclenchent dans l’enfance, mais certaines attendent 30, 40 ou 50 ans avant de se déclarer. 


Taxonomy term

 Dans le cadre de la réévaluation du rapport bénéfice/risque de la dompéridone conduite par l’Agence européenne des médicaments (EMA) en 2014, une étude d’efficacité chez l’enfant de moins de 12 ans avait été demandée. Les résultats de cette étude, présentés cette année, n'ont pas montré de différence d'efficacité par rapport au placebo. En raison de ce manque d’efficacité et de ses effets indésirables, l’utilisation de la dompéridone est donc désormais restreinte aux adultes et adolescents de plus de 12 ans et pesant plus de 35kg. En accord avec l’Agence Européenne du Médicament (EMA) et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), nous souhaitons vous informer de la récente mise à jour de l’information concernant la dompéridone (Motilium® et génériques) dont l’utilisation est désormais restreinte aux adultes et aux adolescents. De plus, nous vous rappelons les recommandations de bon usage de ce médicament, afin de réduire les risques d'effets indésirables cardiaques graves. 1-La dompéridone est désormais indiquée pour le soulagement des symptômes de type nausées et vomissements uniquement chez les adultes et les adolescents âgés de 12 ans et plus et pesant 35 kg ou plus : • L’indication chez les enfants a été supprimée en raison du rapport bénéfice/risque défavorable dans cette population ; • La suspension buvable ne contiendra plus de seringue ; • Les RCP des médicaments contenant de la dompéridone sont en cours d’actualisation ; 2-La dose est limitée à 10 mg jusqu'à 3 fois par jour, avec une dose maximale de 30 mg par jour. 3- La durée de traitement doit être la plus courte possible. 4-Les médicaments à base de dompéridone sont contre-indiqués notamment en cas d’insuffisance hépatique et dans certaines situations à risque d’allongement du QT (pathologies cardiaques, interactions médicamenteuses avec les médicaments allongeant l’intervalle QT et les inhibiteurs puissants du CYP3A4). Sources : ANSM


Taxonomy term

En accord avec l’Agence Européenne des Médicaments (EMA) et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), Janssen-Cilag International N.V. souhaite vous communiquer les informations suivantes relatives au risque de réactivation du virus de l’hépatite B chez les patients traités par Darzalex : • Des cas de réactivation du virus de l’hépatite B (VHB), dont certains d’issue fatale, ont été rapportés chez des patients traités par Darzalex (daratumumab). • Tous les patients doivent faire l’objet d’un dépistage d’infection par le VHB avant l’initiation d’un traitement par daratumumab. Les patients déjà sous traitement par daratumumab et pour lesquels la sérologie au VHB n’est pas connue doivent également être dépistés. • Pour les patients ayant une sérologie positive au VHB, une surveillance clinique et biologique des signes de réactivation doit être réalisée pendant le traitement et pour au moins six (6) mois après l’arrêt du traitement par daratumumab. Une consultation chez un médecin spécialisé dans le traitement des infections au VHB doit être envisagée, si nécessaire. • Chez les patients présentant une réactivation du VHB, le traitement par daratumumab doit être arrêté et un médecin spécialisé dans le traitement des infections par VHB doit être consulté. • La reprise du traitement chez les patients pour lesquels la réactivation du VHB est correctement contrôlée doit être discutée avec le médecin spécialisé dans la prise en charge du VHB. Cette information est destinée aux spécialistes en oncologie ou en hématologie, aux médecins compétents en cancérologie ou en maladies du sang, hépatologues, infectiologues, pharmaciens hospitaliers.


Taxonomy term

A partir des données limitées issues du registre de suivi des grossesses exposées au modafinil aux États-Unis et des cas de pharmacovigilance, l'utilisation du modafinil pendant la grossesse, selon une information de l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) est suspectée d’être à l’origine de malformations congénitales. Par conséquent, l’ANSM demande aux médecins de ne pas prescrire de modafinil chez les femmes enceintes et de privilégier les alternatives non médicamenteuses (approches comportementales, hygiène de sommeil et des siestes programmées au cours de la journée). Les femmes en âge d’avoir des enfants et traitées par modafinil doivent utiliser une contraception efficace. L'efficacité de la contraception hormonale (pilules tout dosage confondu, implants, DIU hormonal et patchs) pouvant être diminuée par le modafinil, d’autres méthodes contraceptives ou des méthodes associées sont recommandées chez les patientes traitées. La contraception doit être poursuivie 2 mois après l’arrêt d’un traitement par modafinil . L’ANSM rappelle que les médicaments à base de modafinil sont utilisés dans la prise en charge de la narcolepsie et sont soumis à prescription initiale annuelle réservée aux spécialistes en neurologie, aux services spécialisés en neurologie et aux centres du sommeil. Cette information destinée aux neurologues, psychiatres, gynécologues-obstétriciens, gynécologues, services spécialisés en neurologie et aux centres du sommeil, pharmaciens d’officine et pharmaciens hospitaliers.


Taxonomy term

  • 11 juil 2019

  • Par : Mostafa EL HALI

  • Tags : Maroc, sante

Un programme allemand en science de la santé destiné à former des jeunes marocains pour travailler dans le secteur de la santé en Allemagne a été lancé le 2 juillet 2019 à Casablanca par l’École supérieure des sciences de la santé (ESSS) en partenariat avec la Société allemande pour l’éducation et le travail (GBB), l’Institut Goethe, l’Organisation des pays euro-méditerranéens-arabes (EMA), l’Université de médecine de charité de Berlin et le Centre allemand des affaires (The German Business Center). Dispensé en langue allemande, le programme allemand en Sciences de la Santé vise à former des professionnels de la santé en conformité avec les normes européennes de l’enseignement supérieur tout en assurant l’insertion professionnelle des diplômés en République Fédérale d’Allemagne. Selon un communiqué, ce programme vise à réduire la pénurie en professionnels de la santé en Allemagne ainsi que la réduction du taux de chômage des jeunes au Maroc. Il comprend deux composantes. La première est destinée aux étudiants de premier cycle et la seconde est destinée aux diplômés en sciences de la santé. L'inscription à ce programme sera ouverte aux candidats titulaires du diplôme de baccalauréat conformément aux critères d'admission en vigueur dans les différentes filières de la formation à l'Ecole supérieure des sciences de la santé. Il est à noter que l’Allemagne souffre d'une pénurie en professionnels médicaux et infirmiers qualifiés avec un manque chiffré entre 120.000 et 200.000 effectifs. Les secteurs les plus touchés sont les auxiliaires en soins gériatriques, les spécialistes en rééducation et les infirmiers.


Taxonomy term

  • 09 juil 2019

  • Par : Benaamore Marie Laurre

  • Tags : sante, OMS

Le burn-out vient d’être reconnu comme une véritable maladie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lors de sa 72e Assemblée mondiale de la santé. Elle a révisé son classement international des maladies (ICD-11) pour y inclure la maladie mentale. Cette modification sera effective à partir du 1er janvier 2022.

Cette décision repose sur les conclusions d’experts de la santé dans le monde entier et vise à fournir un langage commun aux professionnels de santé.

Le burn-out Il est décrit par l’OMS comme "un syndrome résultant d'un stress chronique au travail qui n'a pas été géré avec succès" et qui se caractérise par trois éléments : "un sentiment d'épuisement", "du cynisme ou des sentiments négativistes liés à son travail" et "une efficacité professionnelle réduite".

Selon l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité), un tiers des travailleurs européens se plaignent de problèmes de santé liés à un travail stressant.


Pages