Maroc

Message d'erreur

  • Deprecated function: The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls in _menu_load_objects() (line 579 of /home/pharmapr/public_html/includes/menu.inc).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).

Taxonomy term

  • 18 Jan 2019

  • Par : Pharmapresse

  • Tags : Maroc, sante

Dans un rapport publié par le Collectif pour le Droit à la Santé Maroc, la consommation de psychotropes par les Marocains a atteint 70 milliards de centimes au cours de l’année écoulée. Les ventes totales de ce type de médicaments se sont stabilisées à 12 millions de boîtes, pour la plupart des antidépresseurs, des psychoses et des sédatifs.

Par ailleurs, selon ce rapport en chiffres, 18 % des Marocains souffrent d'une maladie chronique, deux  millions sont touchés par le diabète dont 50% ignorent qu'ils sont diabétiques, 5,4% des Marocains hypertendus, 2%  porteurs hépatites virales et plus de 52 milles cas de cancer. Le Maroc est en plein cycle de transitions épidémiologiques. Au-delà des infections transmissibles, ce sont surtout les traitements liés aux maladies chroniques qui constituent un véritable défi pour le Maroc

Il est à noter que le secteur de la santé au Maroc souffre de nombreux dysfonctionnements, que ce soit au niveau des services de santé, des conditions de travail des médecins, de l’insuffisance de la capacité d’accueil des centres hospitaliers, du manque de personnel qualifié et de matériel médical, etc.


Taxonomy term

Sans précédent en matière de gestion des affaires administratives au ministère marocain de la Santé, Anas Doukkali ministre chargé du secteur, vient de publier un décret ministériel visant à décharger de leurs fonctions 44 délégués régionaux du Ministère de la Santé. Ces 44 délégués régionaux sont répartis entre huit régions au niveau national.

Les préfectures et les provinces concernées sont :  Azilal, Khouribga, Fqih ben sallah, Kalaa des sraghna, Derwich, Rhamna, Berqane, Taourirt, Tinghir, Ourzazet, Assa Zague, Laayoune, Boujdoure, Smara, Tarfaya, Guelmim, Sidi ifni, Tantan, Casablanca, Tanger, Asilal, Mdiaq, Findeq, Chefcheoune, Essaouira, Chichaoua, El yousssoufia, Mouhammadia, El jadida, Sidi bennour, Salé, Meknes, Taza, Mediouna, Boulmane, Ifran,  Rabat, Temara, Skhiret, Sidi kacem, Tanger Al houcéma, Assila.

A cet égard, le ministère de la santé a annoncé officiellement la candidature  afin de choisir des nouveaux délégués régionaux pour pourvoir les postes vacants.

La décision du ministre d'exempter collectivement les cadres administratifs et médicaux de la hiérarchie des responsabilités régionales a été considérée par certains observateurs comme une fuite en avant du  ministre face à ses responsabilités en choisissant de sacrifier un tel nombre de délégués régionaux dans un secteur qui souffre déjà de graves lacunes dans les cadres administratifs et sanitaires.

Il est à noter que les chiffres en matière d’accès aux soins de santé au Maroc sont alarmants, une grande partie des citoyens ne peuvent pas les payer.

Aujourd'hui au Maroc, la difficulté d'accéder aux soins se trouve aggravée par une inégale répartition géographique entre milieux et entre régions. Les écarts de densité sont importants non seulement entre les régions sanitaires mais aussi au sein de la même région. Bien plus, la distribution régionale des professionnels de santé favorise largement les régions métropolitaines. En effet, 22% des professionnels publics, sont concentrés dans les régions du Grand Casablanca et de Rabat-Salé ZemmourZâer ; c’est aussi dans ces deux régions que sont installés 50% des médecins exerçant dans le secteur libéral.


Taxonomy term

Suite au refus des communes de financer le Ramed (régime d'assistance médicale), Abdelouafi Laftit, ministre de l'Intérieur, a demandé l'inclusion d'éléments réglementaires dans les projets budgétaires de 2019 afin de liquider leurs arriérés dans le Fonds d'assistance médicale aux nécessiteux.

Les contributions des collectivités locales destinées au financement dudit régime constituent pour ces dernières des dépenses obligatoires conformément à la législation en vigueur. L’article 126 de la loi 65-00 stipule que ces contributions sont inscrites annuellement dans les budgets des dites collectivités. Elles sont fixées annuellement à 40 dhs par bénéficiaire en situation de pauvreté.

Dans ce contexte, des comités des finances, du budget et de la programmation, en coordination avec les directeurs généraux des collectivités, des responsables du budget et des fonctionnaires des finances, ont mis au point différentes formules pour faire face à une partie de la dette accumulée de 505 millions de dirhams à la fin de 2017, avec l'obligation de payer les arriérés sur un compte spécial.

Selon les données du ministère de l'Intérieur et de la Cour des comptes, il y a beaucoup de retards dans les versements des fonds par les organismes financeurs du régime d'assistance médicale. Depuis des années, le système RAMED est en crise financière.

Les contributions accumulées des collectivités locales destinées au financement du régime d'assistance médicale à fin 2017, est de 505 millions de dirhams.

Il est à noter que les bénéficiaires du système d'aide médicale de Ramid sont une masse importante, avec  11,7 millions de personnes, dont 90% sont des pauvres et 10% des vulnérables, 49% résident en milieu rural et 51% en milieu urbain, avec 53% de femmes et 47% des hommes. Ce régime d’assistance médicale souffre de nombreuses contraintes liées à ses ressources et sa gouvernance.

On brandit avec fierté par-ci, par là que le RAMED, couverture médicale des personnes en situation de vulnérabilités, a atteint sa cible avec 9,2 millions de Marocains qui profitent désormais de ce régime !

Sur le papier, le RAMED est une excellente idée, mais sur le fond, la réalité est tout autre,  selon plusieurs spécialistes et syndicalistes du secteur de la santé.

Le gouvernement a mis en place un système déséquilibré avec beaucoup de promotion et  sans mettre en place les moyens nécessaires pour que l'offre puisse répondre à la  de demande.


Taxonomy term

Des données alarmantes révélées par le dernier rapport de l’ONUSIDA sur la situation épidémiologique du virus du SIDA au Maroc.

 Les discriminations persistent envers les personnes vivant avec le VIH au Maroc notamment le refus de soins et la violation de confidentialité par le personnel de santé, médical et paramédical et dans différents milieux de soins.

Selon ce rapport, 18% des personnes vivant avec le VIH au Maroc affirment voir leur statut sérologique dans de nombreux cas violé par le personnel de santé dans différents milieux de soins.

Malgré la mise en place  d’un arsenal  juridique national comportant un ensemble de dispositions protectrices des droits applicables aux séropositifs, certaines populations vulnérables, notamment celles qui sont incriminées par la loi, les PS, les HSH, les

UDI et les migrants en situation irrégulière, font l’objet de nombreuses discriminations. Ces populations vulnérables ont des difficultés à faire valoir leur droit à la santé ou d’accès aux services de santé pour des raisons différentes. Elles se trouvent généralement dans l’impossibilité de saisir les voies de recours en cas de violation de leurs droits et ont souvent une méconnaissance de ces droits.

Plus grave, selon ce rapport, 50% des travailleuses du sexe au Maroc n’utilisent pas de préservatifs pendant les rapports sexuels.

Il est à noter qu’au Maroc, environ 20 000 citoyens sont atteints du VIH, dont 28% ne connaissent pas leur statut sérologique. 990 nouvelles infections sont enregistrées chaque année. Le nombre de décès s’élève à 480 par an, selon les statistiques  du ministère de la Santé.


Taxonomy term

A Monsieur Macron : Président de la république française, 

C’est dans un total désespoir que je m’adresse à vous,  je suis conscient que vous êtes très préoccupé par vos problèmes internes, néanmoins je me permets de vous lancer un cri de secours vue que les décibels audibles dans mon pays sont des chimères. 

Je m adresse à vous autant que médecin marocain et au nom de tous mes consœurs et confrères exerçant dans le secteur privé ( médecins généralistes , spécialistes , dentistes, ou encore pharmaciens ) ...voyez vous Monsieur le Président,  toutes ces disciplines sensées être nobles " logiquement et normalement ), HÉLAS,  cette noblesse a encaissé le coup fatal,  cette noblesse est contrainte aujourd'hui de se vêtir d’un habit noir, décousu et meurtri.

Nous vous implorons Monsieur le Président à nous ouvrir vos portes, nous sommes prêts à  servir votre patrie qui deviendra la notre. Nous, misérables orphelins qui cherchons qu’aimer et à être aimés,  nous sommes prêts à faire preuve de nos compétences dans toutes les régions de France même les plus enclavées,  prêts à labourer nuits et jours afin de vivre juste dans la dignité,  dignité qu’on nous a ôtée inhumainement.

Monsieur le Président,

Le système politique marocain nous a mis dans sa ligne de tir et a trouvé en nous (profession médicale libérale) son SEUL refuge et son unique bouée de sauvetage afin de reflouer les caisses de l’état,  ces caisses sauvagement vidées par des responsables irresponsables et dont la conscience est jumelle à  celle de Machiavél. 

L’argent de l’état est confortablement installé dans des comptes suisse ou à faire bronzette dans les îles Caïman. 

 Le système politique marocain a jugé que l’équation sera rééquilibrée par flageller cette pauvre couche moyenne par une cravache infernale. On nous a criblé, on nous a déshabillé, on nous a extirpé tout sentiment de citoyenneté, on nous a fait comprendre que nous sommes des personnes indésirables et que nous n avons aucun droit.

Nous vous supplions Monsieur le Président à vouloir de nous dans votre république, nous vous promettons amour et engagement,  nous vous donnons la parole que jamais nous n'aurions un gilet jaune de nos dressing, nous sommes une population très bien soumise. La preuve, en dépit de tout ce qui nous déchire,  nous ne sortons pas dans la rue , nous ne réclamons rien, nous cherchons juste amour et dignité.

Respectueusement.

Citoyen médecin marocain  désespéré.


Taxonomy term

  • 24 déc 2018

  • Par : Pharmapresse

  • Tags : Maroc, sante

Le ministère de la Santé vient de déléguer la gestion de la formation professionnelle continue à une entreprise spécialisée dans la fabrication et la promotion de produits cosmétiques.

La cérémonie de signature de cette convention avec la société Johnson & Johnson, sur la dématérialisation de la formation professionnelle, s’est déroulée la semaine dernière au siège du ministère de la santé en présence des responsables da la branche marocaine de la société suisse basée aux États-Unis. Cette décision suscite beaucoup d'interrogation et d'inquiétude au sein du ministère.

Le ministère a défendu cet accord de partenariat qui "vient consolider davantage l’approche de dématérialisation déjà initiée par le Ministère de la Santé au travers de l’Ecole Nationale de Santé Publique, en collaboration avec les Centres Hospitaliers Universitaires et les sociétés savantes, et avec l’appui de l’UNICEF, duFonds Mondialde lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et de l’Organisation Mondiale de la Santé ".

Les responsables au sein du ministère de la santé ont été surpris par cette nouvelle approche, "aucun ministre n’ayant osé faire appel à une entreprise privée avec ses objectifs et sa stratégie de marketing et de divertissement pour superviser la formation continue des professionnels du ministère". Selon des sources du ministère, "cette société, qui n'est pas spécialisée dans la formation, financera des opérations et des programmes de formation continue à distance, et passera des contrats avec des cadres provenant du Maroc et d'ailleurs, mais que ce ne sera pas "gratuit", mais avec une vision purement commerciale et promotionnelle de ses produits au Maroc".

Dans le cadre de cet accord, Johnson & Johnson a lancé deux unités de formation à distance dans le cadre de programmes nationaux de lutte contre le VIH et le sida à l'intention des professionnels de la santé dans six régions pilotes: Rabat-Salé, Kénitra, Casablanca-Sétat, Fès-Meknès, Marrakech-Safi, Tanger-Tétouan. Al-Hoceima et Sous Massa.


Taxonomy term

La maladie de Parkinson fut décrite pour la première fois par James Parkinson, (1755-1824), médecin Anglais, en 1817; il décrivit celle-ci sous le nom de "Paralysie agitante".

Charcot (1825-1893), médecin Français à l'hôpital de la Salpêtrière, donna le nom définitif à cette maladie : "Maladie de Parkinson".

Cette maladie est la seconde maladie dégénérative après la maladie d’Alzheimer. Près de 4 millions de personnes seraient atteintes de cette maladie dans le monde. C’est une maladie neurodégénérative liée à la destruction des neurones dopaminergiques.

La maladie de Parkinson est avant tout une maladie du mouvement. Les malades sont envahis par des symptômes souvent invisibles : les symptômes moteurs, dont le tremblement au repos, la lenteur du mouvement et la raideur. Cela dit, la maladie peut aussi se manifester avec des symptômes non moteurs.

Elle débute généralement entre 55 et 65 ans mais de 5 à 10 % des patients sont atteints encore plus jeunes (entre 30 et 55 ans). On estime à 4 millions le nombre de personnes affectées par la maladie de Parkinson Dans le monde. La prévalence globale de la maladie  en Europe est estimée à 1,6 % chez les personnes âgées de plus de 65 ans. En France elle touche près de 100 000 personnes avec environ 8 000 nouveaux cas par an.

Au Maroc, on estime à 50.000 voire 60.000 le nombre de cas de la maladie de Parkinson, environ 4.000 nouveaux cas sont déclarés chaque année, selon les statistiques du ministère de la santé. Selon une étude réalisée à l'hôpital des spécialités de Rabat entre le mois de janvier 2006 et janvier 2011 montre que l'âge moyen des patients atteints par la maladie est de 64ans +/- 10ans, avec une prédominance masculine de 61.5%, et un âge moyen de début des premiers symptômes de 57.5 +/- 11ans.

En raison de l’augmentation de l’espérance de vie et le vieillissement de la population au Maroc, cette maladie neuro-dégénerative sera de plus en plus fréquente, selon le Pr Mostafa El Alaoui Faris du service de neurologie A, Hôpital des spécialités-Rabat.

Pour mieux sensibiliser la population, les médecins neurologues Marocains  insiste, surtout sur l'éducation et l'informer sur la fréquence et les symptômes de cette maladie et l'encouragement des malades à consulter un neurologue en cas de doute. Pour que les patients marocains atteints de cette maladie soient  soignés correctement, il faudrait que les pouvoirs publics s'impliquent plus activement dans la prise en charge des malades et ceci en  mettant sur le marché marocain les médicaments anti-parkinsoniens récents nécessaires pour un traitement optimal, selon Dr Chafiq Hicham, neurologue à Marrakech.


Taxonomy term

Au Maroc on parle souvent de la tuberculose comme d’une maladie quasiment disparue. Cette maladie est malheureusement toujours active dans notre pays. Pire, elle a tué l’an dernier 3400 personnes principalement dans une tranche d’âge de 15 à 45 ans selon le dernier rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Selon les statistiques, l’année 2016 a enregistré 31.542 cas soit 91 cas sur 100.000 habitants. La tuberculose pulmonaire en représente 47%. Les hommes sont les plus touchés avec trois hommes pour deux femmes. Et il existe un lien très étroit entre cette maladie et la pauvreté. Les plus démunis sont en effet plus exposés à la tuberculose.

La situation épidémiologique de cette maladie, en fonction des régions, nous montre  que  87% des cas ont été rapportés par six régions, correspondant à 78% de la population nationale. Il s’agit des régions de Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra, Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Fès-Meknès, Marrakech-Safi et Souss-Massa. Selon le sexe et l’âge, les statistiques du ministère de la santé nous indiquent  que la tuberculose est  plus fréquente chez l’homme que chez la femme. Les personnes âgées entre 15 et 45 sont les plus touchées, soit 63%.

La grande majorité des tuberculeux est issue du milieu pauvre et vit dans des conditions très précaires à la périphérie des grandes villes.

Le coût de traitement du patient atteint de tuberculose non résistant antituberculeux, varie entre  520 à 1330 DH, tandis que pour les patients résistants à au moins quatre antituberculeux de base, le coût est de 13 000 et 27 000 DH.


Taxonomy term

  • 10 déc 2018

  • Par : Pharmapresse

  • Tags : Maroc, sante

La Société Marocaine de l’Economie des Produits de Santé, a organisé du 29 novembre au 1er décembre le 6èmeCongrès National de Pharmacoéconomie et de Pharmacoécopidémologie, sous l’égide du Ministère de la Santé portant sur la thématique«Quelles pistes de financement de la santé pour demain ?».

Erigé par SM le Roi Mohammed VI en priorité nationale, le secteur de la santé marocain connait une phase riche en réformes. C’est dans cette perspective que la SMEPS a réuni l’ensemble des acteurs de la santé, gouvernements, institutionnels et des experts nationaux et internationaux pendant 3 jours de réflexion et de débat autour d’une thématique stratégique pour le secteur de la santé.

En effet, les récents indicateurs de santé montrent que des progrès indéniables ont été enregistrés mais que de nombreux défis restent à relever. La gouvernance du secteur est au cœur des priorités du nouveau Plan Santé 2025. C’est pourquoi il est essentiel d’étudier les meilleures pistes pour assurer des mécanismes de financement durables et innovants, que ce soit sur le plan des infrastructures, des médicaments ou encore de la couverture maladie. L’intégration de la pharmacoéconomie dans le déploiement des politiques publiques en matière de santé est devenue essentielle. A travers ce Congrès, les acteurs de santé s’engagent dans une dynamique constructive et rationnelle dans la mise en œuvre du nouveau Plan de Santé.

Inaugurée par le conseiller du Secrétaire Général du Ministère de la Santé, cet évènement a mobilisé de nombreux décideurs du secteur tels que Monsieur A. Rihani, Chef de division du Ramed à la Direction de la Planification et des Ressources Financières au Ministère de la Santé et  MessieursMouhdi, Directeur des études économiques et actuariat à l’ANAM et N. El Malhouf, Chef de Département du Conventionnement et de normalisation. A prit part également aux conférences, Monsieur Eric Baseilhac, éminent expert français et Directeur des Affaires Economiques et Internationales des Entreprises du Médicament en France (LEEM).

Le professeur Samir Ahid, Président de la SMEPS a affirmé «Nous promouvons, à travers ce Congrès, des mécanismes de financement innovants pour la santé. Nous nous engageons à agir ensemble pour améliorer soutenir l’accès à la santé à l’ensemble de nos concitoyens. Les nerfs de la guerre sont le financement et la gouvernance. Nous espérons à travers ce congrès apporter des réponses concrètes».

Le congrès a  vu la participation de plus de 350 personnes représentants. 9 pays. Ces 3 jours de travail ont permis de faire ressortir neuf recommandations majeures :

  • Création d’un fond de solidarité pour la santé en imposant des taxes pour certains produits comme le tabac et l’alcool.
  • Cotisation selon les revenus et implication plus forte de l’employeur.
  • Elargir le cadre budgétaire sur un minimum de 3 ans pour une meilleure planification.
  • Mettre en place une unité de veille stratégique des innovations de technologie de santé.
  • Mise en place des contrats d’accès au marché des technologies de santé innovantes en vue de faire participer l’industrie pharmaceutique dans le financement de la santé.
  • Mise en place des études pharmacoéconomiques pour une meilleure évaluation de l’efficience des produits de santé en vue de leur remboursement.
  • Informatisation des dossiers médicaux et le partage des dossiers avec les caisses d’assurance maladie et les professionnels de la santé et codification des actes médicaux.
  • Mise en place d’un programme du bon usage des médicaments.
  • Mise en place des guides de pratiques cliniques.

A travers différents ateliers, le congrès a été l’occasion également d’échanger sur les expériences au Maroc, en Algérie, Tunisie, Jordanie, Allemagne, France sur la même thématique, et de se pencher sur les nouvelles pistes de financement de la santé dans le monde.

À propos du Congrès National de la SMEPS

Le Congrès National de la SMEPS est un congrès annuel dont la première édition revient à 2013. Le but de ces manifestations scientifiques est d’échanger autour du secteur de la santé, à travers une thématique différente chaque année. Le congrès rassemble d’éminent-experts et chercheurs nationaux et internationaux dans le domaine.

À propos de la SMEPS

La Société Marocaine de l’économie des produits de santé est une société savante à but non lucratif, dont le but est de promouvoir la formation continue et la recherche dans l’économie des produits de santé et dans l’évaluation thérapeutique, et de créer des synergies entre chercheurs, pharmacoéconomistes, pharmacoépidémiologues, professionnels de santé, administrations, organismes, collectivités et autres acteurs de la santé.                                           


Taxonomy term

Les affections bucco-dentaires sont classées parmi les maladies chroniques les plus courantes. Elles constituent un véritable problème de santé publique au Maroc. Entre dents déchaussées, caries multiples, infections, il n'avait jamais connu un tel taux d'urgences dentaires graves.

 Plusieurs cas de décès ont été imputés à la négligence des dents. Le marocain accorde peu d’intérêt aux soins bucco-dentaires, les considérant comme étant une prévention inutile et onéreuse. Selon une  récente enquête épidémiologique réalisée par le ministère de la Santé montre que la carie touche 92% des adultes de 35-44 ans, 87% des adolescents de 15 ans et 81% des enfants de 12 ans. Les statistiques  révèlent également qu’un nombre important de marocains n’ont jamais consulté de médecins dentistes, en effet 27% des adultes de 35-44 ans n’ont jamais bénéficié de dépistage dentaire. Ce chiffre est beaucoup plus inquiétant chez les plus jeunes: 68% des adolescents de 15 ans et 89% des enfants de 6 ans. Les Marocains ne vont pas chez les dentistes pour la prévention, mais plutôt pour la guérison. Cette négligence est d’autant plus dangereuse et néfaste pour les personnes souffrantes déjà de maladies chroniques comme les sujets cardiaques, diabétiques ou néphropathes, hémophiles, ou cancéreux…

 La prévalence élevée des affections bucco-dentaires du citoyen marocain est due à plusieurs facteurs à savoir : le régime alimentaire, le manque et l’absence  d’hygiène dentaire, l’intérêt limité de la population marocaine pour la santé bucco-dentaire, l’insuffisance d’information et d’éducation en matière de santé bucco-dentaire, la difficulté d’accès aux soins, l’absence de couverture médicale pour la grande majorité de la population, le revenu limité qui empêche d’avoir recours aux soins et l’insuffisance de l’infrastructure humaine et matérielle .

Il est à noter que le Maroc ne compte que 1 médecin dentiste pour 8 100 habitants (4.515 médecins-dentistes dans le secteur privé et 600 dans le public), la prévention reste la meilleure des solutions pour lutter contre les affections bucco-dentaires. Il est nécessaire d’éduquer la population aux bonnes pratiques : une bonne hygiène alimentaire, un brossage efficace au moins deux fois par jour, l’utilisation du fil dentaire et des visites régulières chez le médecin dentiste.


Pages