Maladie

Message d'erreur

  • Deprecated function: The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls in _menu_load_objects() (line 579 of /home/pharmapr/public_html/includes/menu.inc).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Undefined index: node in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Notice: Trying to get property 'field_rubrique_icon' of non-object in include() (line 23 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).
  • Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in include() (line 48 of /home/pharmapr/public_html/sites/all/themes/illusion/templates/node/node--article.tpl.php).

Taxonomy term

Dans le cadre de la mise à jour continue du plan national de veille et de riposte à l’épidémie Covid-19 et, ce compte tenu de la situation épidémiologique actuelle, les procédures techniques de prise en charge des cas d’infection au Sars-Cov-2 et de leurs contacts, ainsi que la stratégie de dépistage ont été actualisées par le ministère de la santé.

Voici le nouveau protocole de prise en charge des cas Covid-19 au Maroc :

1. Prise en charge du cas possible

Voies de détection d'un cas possible de Covid-19 :

  • Consultation au niveau d'une structure de soins publique ou privée ;   Suivi des contacts ; o Activités de dépistage ;
  • Appel téléphonique : Allo veille, allo 141 et allo 300.

Lieu de prise en charge : De règle, au niveau de structures hospitalières, conventionnelles ou non conventionnelles.

Démarrage de la prise en charge : En présence d'un tableau radio-clinique très évocateur de Covid-19, démarrer le traitement sans délai et après bilan pré-thérapeutique, puis faire un prélèvement pour confirmation virologique.

2. Prise en charge du cas confirmé ou probable

  • Les cas symptomatiques sont impérativement pris en charge en milieu hospitalier et mis sous traitement de 1ère intention pendant une durée de 10 jours ;
  • Les cas asymptomatiques sont mis sous traitement de 1ère intention pendant une durée de 7 jours :
  • Les cas sont pris en charge à domicile (voir annexe) en l'absence de facteurs de risque, avec un isolement durant les 7 jours de traitement et 7 jours supplémentaires, soit un total de 14 jours d'isolement ; o Un suivi médical rigoureux de l'état de santé doit être assuré, afin de détecter précocement tout signe d'aggravation ou effet indésirable du traitement.

3. Critères de guérison

  • Pour un cas asymptomatique : La guérison ne peut être évoquée qu'à l'issue des 07 jours de traitement, sans l'apparition du moindre symptôme évocateur de la maladie ; 
  • Pour un cas symptomatique (probable ou confirmé) : La guérison est déclarée à l'issue de la période de traitement de 10 jours, en plus des deux critères suivants :
  • Nette amélioration clinique, avec une apyrexie pendant 3 jours consécutifs ; 
  • Normalisation du bilan biologique

4. prise en charge en post-guérison

  • Le patient doit compléter le confinement pour une durée de 14 jours après le début de la prise en charge (les 14 jours incluent la période d'hospitalisation) ;
  • Durant le confinement, le patient guéri doit observer scrupuleusement les mesures suivantes :
  • Isolement à domicile dans une chambre individuelle ;
  • Port d'un masque chirurgical en présence d'une tierce personne ;
  • Respect des règles d'hygiène individuelle, y compris la désinfection des selles à l'eau de javel au moins 10 minutes avant nettoyage ;
  • A l'apparition de tout signe, se présenter à la structure de prise en charge la plus proche tout en spécifiant que le patient a été COVID-19 positif.

5. Suivi de pharmacovigilance

Tout patient bénéficiant d'un traitement de première ou de deuxième intention doit bénéficier d'une surveillance active des effets indésirables, selon les normes de pharmacovigilance, en utilisant la fiche en vigueur.

6. Protocole thérapeutique

Traitement de première intention : Chloroquine 500 mg X 2/j, pendant 7 jours ou

Sulfate d'hydroxychloroquine 200 X3/j pendant 7 jours en association avec l'Azithromycine 500 mg à JI, puis 250 mg /jour de J2 àJ7.

Traitement de deuxième intention : Association Lopinavir/Ritonavir : 400mg X 2 par jour pendant 7 jours.

Antibiothérapie : Non systématique, indiquée si surinfection bactérienne : Amoxicilline + acide clavulanique, 3g par jour Ou Moxifloxacine 400mg/j en une seule Ou Levofloxacione 500 mg/j en une seule prise

Nébulisation : à utiliser si besoin, avec les précautions nécessaires en matière de prévention des infections liées aux soins.

 Héparine à bas poids moléculaire, si alitement

Avant le démarrage du traitement, il est nécessaire de réaliser un bilan minimum qui comprend les examens suivants : NFS, CRP, Glycémie, urée, créatininémie, transaminases, ECG, Radiographie thoracique.

7. Critères de transfert en réanimation :

Le transfert en réanimation se fait devant l'un des critères suivants :  

  • Troubles neurologiques : les troubles de la conscience ;
  • Polypnée : FR> ou égale à 30 cycles par min ;
  • TA systolique <90 mmHg ;
  • Fréquence cardiaque : >120 bat/min ;
  • Saturation en oxygène <92 % sous 41/min d'02.

Taxonomy term

  • 12 juin 2020

  • Par : Pharmapresse

  • Tags : Maladie

La frigidité (mot latin frigidus qui signifie froid) est une dysfonction sexuelle caractérisée par un manque ou une absence de libido, durant une certaine période. C’est une réduction ou  disparition du plaisir sexuel.

Symptômes :

  • Troubles de la ménopause (sécheresse vaginale…).
  • Importante diminution ou une absence de désir sexuel ;
  • Découragement sexuel ;
  • Sentiment d’échec.
  • Fatigue chronique ;
  • Anxiété ;
  • Dépression ;

Causes :

Multiples et varient d'une femme à une autre.  La capacité d’une femme à atteindre l’orgasme dépend notamment de son âge, de son niveau d’éducation, de sa religion, de sa personnalité et de sa situation relationnelle. Les causes peuvent êtres d’ordre  psychologique ou biologique.

Certaines maladies peuvent jouer un rôle fortement inhibant :

  • Diabète évolué
  • Sclérose en plaques,
  • Maladies neurologiques
  • Maladies endocriniennes
  • Choc psychologique.
  • Trouble mental,
  • Psychotropes,
  • Neuroleptiques,
  • Antidépresseurs,
  • Anxiolytiques,
  • Somnifères.

Traitements :

  • Psychothérapie
  • Médicaments pour réduire l’anxiété et la fatigue ;
  • Anxiolytiques,

Il est recommandé de parler de la situation avec le partenaire sexuel et de chercher une solution à deux.


Taxonomy term

Conformément aux hautes instructions royales, l'hôpital universitaire international Cheikh Khalifa et le laboratoire national de référence relevant de l'Université Mohammed VI des Sciences de la Santé, mettent à la disposition des entreprises souhaitant procéder au dépistage de masse de leurs collaborateurs, leurs équipes et leur savoir-faire pour les accompagner dans cette démarche.

Ainsi, nous proposons aux entreprises intéressées un panel complet de tests de dépistage COVID-19, comprenant le diagnostic de référence par PCR ainsi que la sérologie à titre complémentaire. Notre prestation inclut par ailleurs toute la logistique nécessaire au bon déroulement du dépistage et sa fiabilité, notamment le déplacement dans les locaux des entreprises d'une équipe dûment qualifiée et expérimentée sous la supervision d'un médecin.

Nous rappelons par la présente que nous disposons d’une solide expérience en matière de dépistage avec des milliers de testes PCR effectués à ce jour en partenariat avec les pouvoirs publics. Ces tests sont réalisés grâce à des techniques de pointe et dans le respect le plus strict des normes de qualité et de bonnes pratiques et selon les meilleurs standards internationaux.

Dans la continuité de nos actions citoyennes face à cette pandémie, notamment le dépistage et la prise en charge gratuite des patients COVID 19 au sein de nos structures hospitalières depuis le début de la crise sanitaire, et en support aux entreprises désireuses de reprendre leur activité dans ce cotexte particulier, nous avons décidé d'appliquer une tarification unique et transparente à prix coûtant pour les tests de dépistage :

• Test PCR : 500 DH par collaborateur.

• Test sérologique : 100 DH par collaborateur. 

Les entreprises souhaitant bénéficier de ces prestations peuvent envoyer un mail à l'adresse: depistagecovid@hck.ma.

 

 


Taxonomy term

L’association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS) veut attirer l’attention par la voix de sa présidente, le Dr khadija Moussayer, sur les risques physiologiques d’un confinement prolongé. Ce dernier est primordial et nécessaire  pour lutter contre la propagation du coronavirus au Maroc mais il impose à notre mode de vie habituel des contraintes aux conséquences parfois néfaste sur notre santé physique et mentale : activité physique réduite, sommeil perturbé, angoisses de contracter la maladie, tentation de se réfugier dans la nourriture ou devant les écrans… Tout ceci constitue un véritable problème de santé publique car, si nous n’y prêtons pas assez attention, nous risquons qu’une partie de la population ne sorte durablement affaiblie de cette épreuve.

1/ Le confinement un facteur d’affaiblissement potentiel de notre santé

Du fait du stress, on est exposé en premier lieu à l'anxiété source d’irritabilité, de risques de violences et même de dépression en cas  de  fragilité mentale.

Par ailleurs, notre rythme quotidien habituel est structuré par notre activité professionnelle qui nous impose des horaires de lever et de coucher, qui nous permet une exposition à la lumière de jour, etc. ; cette rupture peut perturber notre horloge biologique et nuire à la qualité de notre sommeil, voire provoquer des insomnies, aggravée de surcroit par une augmentation du temps passé devant les écrans.

Et surtout, le confinement augmente l’inactivité physique et donc la sédentarité, ce qui, selon l'OMS, double déjà, en temps normal, les risques de maladies cardiovasculaires, de diabète, d'obésité et augmente ceux de cancer du colon, d'hypertension artérielle, d'ostéoporose, de troubles lipidiques, de dépression et d'anxiété, renforçant ainsi toutes les causes de mortalité.

Cette sédentarité a en effet un impact direct sur nos muscles en induisant une perte de la masse musculaire et une plus grande fatigabilité musculaire. Cette perte a même été mesurée par l’Académie nationale de médecine française : elle est de 3,5 % à 5 jours d’inactivité musculaire, de 8 % à 14 jours, de 0,4 %/j sur 3-4 semaines. 

Bien plus, cet affaiblissement musculaire est évalué à 9 et 23% après 5 et 14 jours pour les membres inférieurs.

Si cette situation est réversible sans difficulté pour les personnes jeunes, elle a des conséquences majeures chez les personnes âgées, à l’origine de chutes et de fractures avec un risque de perte d'autonomie. En effet, l’inactivité affecte le flux d’informations vers le cerveau, réduisant la commande motrice de nos muscles, ce qui va encore augmenter la fonte musculaire, soit un cercle vicieux dont il faut prévenir l’installation. Une situation de confinement de 4 à 6 semaines est d’ailleurs souvent une cause d’amyotrophie (atrophie musculaire) et de déconditionnement musculaire délétères pour la santé de beaucoup de nos seniors.

Le confinement expose aussi à un risque nutritionnel qui se surajoute à la réduction de l’activité physique. Consommer plus d’aliments sucrés et grignoter davantage provoquent des prises de poids : une réduction  de 10 000 pas/jour à 1 500 pas, pendant 14 jours, augmente de 7% le volume du tissu graisseux abdominal profond chez des adultes indemnes de toute pathologie !

Attention aussi aux enfants et adolescents, le grignotage devant les écrans, à longueur de journées, constitue un facteur de risque indéniable de surpoids et d’obésité, parfois irréversible !

2/ L’accentuation de certaines maladies pendant le confinement

Dans cette période de confinement, le risque de délaisser les soins chroniques est énorme, ce qui présente des conséquences néfastes sur l’équilibre de la maladie sous jacente. Par ailleurs, l’inactivité musculaire, conjointement au stockage d’énergie sous forme de graisse engendrent une diminution de la sensibilité à l’insuline et précipitent alors   des personnes (prédisposées génétiquement) dans le diabète.

N’oublions pas que les personnes qui souffrent d’une pathologie chronique telle l’insuffisance rénale, cardiaque, l’hypertension artérielle, une maladie respiratoire, ou  un surpoids  sont les plus vulnérables face au coronavirus. 

Le confinement dans son habitation accroît par ailleurs fortement les risques d’allergies à cause de polluants et d’allergènes souvent présents au domicile en trop grandes quantités. Pour les éviter, il convient en particulier de : privilégier pour le nettoyage les produits naturels (comme le savon) et ne pas abuser des produits ménagers industriels (l’eau de javel, c’est bien mais gare aux excès), ouvrir vos meubles (surtout en bois agglomérés qui contiennent souvent des produits chimiques nocifs), aérer le logement quotidiennement, battre et nettoyer les  tapis, car ils sont souvent allergènes, et laver les draps au minimum toutes les semaines.  Certains symptômes de l’allergie (gorge irritée, éternuements, gêne à respirer…) peuvent évoquer à tort malheureusement le Covid-19.

3/ Des dispositions à prendre pour éviter certains troubles

Pour limiter les effets de l’anxiété, il est recommandé  d'essayer de garder le rythme d'une vie normale, avec des horaires fixes de repas, de consacrer du temps pour des activités ludiques et récréatives et de suivre un emploi du temps établi de la journée, cela afin surtout de ne pas monopoliser son temps libre à l’écoute d’informations, toujours anxiogènes par nature, sur l’épidémie !

Pour parer aux conséquences de la sédentarité, il est conseillé de se lever toutes les 30 minutes au minimum pour marcher pendant 4 ou 5 mn et de faire des exercices de souplesse et de renforcement musculaire, au moins pendant 15 mn par jour : même dans un espace restreint, c’est un bon moyen de maintenir la masse musculaire. Cette activité physique a également un impact positif sur le sommeil et sur le moral en général.

Pour limiter les effets d’un déséquilibre nutritionnel, il est préférable de respecter des horaires de repas fixes, de cuisiner des produits bruts, de manger des légumes, des fruits et des légumineuses et de réduire un peu les quantités consommées. En effet, pendant un premier temps, estimé entre 5 et 8 jours de confinement, nous conservons le même niveau de consommation énergétique et un stockage du surplus énergétique sous forme de graisse va en découler. Passé la première semaine, une régulation se produit généralement  avec une perte de l’appétit qui se cale à peu près sur la dépense en énergie".

Pour faire face aux troubles de sommeil, il est recommandé  de garder un rythme précis, avec un horaire de lever identique, une durée de sommeil suffisante mais pas excessive (entre 7 et 8 heures), et d'être attentif à une  exposition à la lumière qui permet la production de la mélatonine (l’hormone du sommeil) par le cerveau.  Il est préconisé enfin  de ne pas rester éveillé (à traîner) au lit, de modérer sa consommation d'excitants et de se déconnecter des écrans une à deux heures avant le coucher ! Sachons d’ailleurs que les personnes passant plus de 7 h par jour en position assise devant un écran de télévision ont un risque de mortalité cardiovasculaire de l’ordre de 85 % plus élevé que celles passant moins d’1 h par jour devant la télévision !


Taxonomy term

L’Association Marocaine des Maladies Auto-Immunes (AMMAIS), par la voix de sa présidente, le Dr Moussayer khadija, veut attirer l’attention sur le rôle primordial de la main dans la lutte contre le coronavirus.

Celle-ci est en effet devenue cet ami intime qui vous veut du mal par les temps actuels. Face à la pandémie du COVID-19, les recommandations de l’OMS sont claires : ne plus se toucher le visage, les zones des yeux, du nez et de la bouche étant les portes d’entrée du virus ; ou plus exactement ne pas le faire quand nos mains sont dans le voisinage d’autres personnes ou ont été au contact d’objets et de surfaces potentiellement contaminés et tant que nous ne les avons pas lavés méticuleusement après. Ce lavage permettrait de diminuer la contagion de 30 à 50%.

Cette recommandation apparaît plus facile à dire qu'à faire, tant ce réflexe est ancré en nous et que dans les faits, il est quasiment impossible de ne pas porter ses doigts à son visage. Il s’agit de gestes «réflexes» qui nous permettent d'interagir avec nous-mêmes et les autres, un geste régulateur de notre état d’esprit.

La gestuelle des mains est en effet par excellence le reflet de notre inconscient et de notre état d’esprit : 70 à 80% des aires cérébrales du cerveau sont d’ailleurs en lien avec ces deux organes.

Ce geste de se toucher (une micro-démangeaison le plus souvent) est le meilleur révélateur de notre état interne car il permet de réguler les émotions et d’évacuer les tensions. On a tendance à augmenter sa fréquence pour de multiples raisons lorsqu’on est anxieux, gêné ou stressé mais aussi lorsqu’on s’ennuie.

On l’accomplit aussi quand on ne ressent rien de particulier. Tout cela, sans que nous nous en rendions compte, la plupart du temps.

Ce phénomène est même « archaïque », venant de la nuit des temps et avant même la naissance : en 2013, des chercheurs britanniques ont découvert que les fœtus portent déjà la main à leur visage pour développer leur sens du toucher et également lorsque leur mère est dans une situation d’anxiété.

Une fois toutes les 2min30 en moyenne !

Ce mouvement est beaucoup plus fréquent qu’on ne le croit souvent. Une étude australienne en 2015 (confortée par une étude japonaise en 2019), réalisée sur un groupe de vingt-six étudiants, montrait qu’ils se touchaient, en moyenne, vingt-trois fois par heure, soit environ une fois toutes les 2min30. 44 % de ces contacts impliquaient une muqueuse (yeux, nez et bouche) et 56 % des zones non muqueuses. Parmi les contacts avec les muqueuses, 36 % concernaient la bouche, 31 % le nez, 27 % les yeux et 6 % une combinaison de ces trois zones.

Cette fréquence est très variable selon individus, certains se touchant machinalement jusqu’à… « trois mille fois par jour », indiquaient les agences régionales de santé françaises (ARS) dans un communiqué de novembre 2017 portant sur les gestes barrières pour se protéger du virus de la grippe.

Un changement de nos habitudes

Les experts du comportement expliquent souvent qu’il est nécessaire d’abord de prendre conscience des situations dans lesquelles nous portons nos mains à notre visage (fatigue, stress, ennui …) pour pouvoir se défaire ensuite de ce geste, intempestif actuellement surtout quand il est compulsif.

Cette prise de conscience ne suffit pas à le faire disparaître la plupart du temps. Si les habitudes mettent des années à s’implanter, il est vain de vouloir les arrêter d’un seul coup (surtout, quand on sait que les maghrébins sont par nature plutôt tactiles). Il vaut mieux prévoir d’en venir à bout avec le temps en essayant de réduire progressivement ce réflexe de cinq à deux ou trois fois par heure par exemple jusqu’à parvenir à le maîtriser complètement.

Il faut parallèlement développer de nouvelles habitudes de substitution, proches autant que possible des anciennes, mais sans risque. Se toucher l'arrière de la tête, plus éloignée des muqueuses, est par exemple une nouvelle attitude excellente.

Lorsqu’on ressent le désir de se démanger, on peut aussi par exemple serrer les poings, s’asseoir sur ses mains, appuyer ses paumes sur ses cuisses ou étirer les bras le long de son corps.

Certaines sources recommandent également la manipulation d’objets, qui permet d’occuper ses mains autrement : on peut ainsi se frotter le bout des doigts, tripoter un stylo ou presser une balle. Pour les personnes qui ont des habitudes tenaces, cette manipulation d’objets n’est pas aussi efficace que les gestes alternatifs (comme se gratter la tête) : certains peuvent en effet avoir tendance à la fois à jouer avec des objets par ennui et à porter la main au visage et/ou aux cheveux en cas de stress.

On le voit et on le sait, ce n’est pas simple de changer ses habitudes ! Il ne faut pas non plus verser dans la peur obsessionnelle de ce que l'on peut toucher ! Ce n'est pas la fin du monde que d’effectuer ce mouvement si on observe bien les autres gestes barrière.

Dr Moussayer khadija, spécialiste en médecine interne et en Gériatrie, présidente de l’Alliance des Maladies Rares au Maroc (AMRM), présidente de l’association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS)


Taxonomy term

Chaque année, le 17 avril, est célébré la journée mondiale de l’hémophilie. L’objectif est de sensibiliser le grand public aux réalités d’une maladie peu connue et de mobiliser le plus grand nombre.

Cette journée correspond à la date de naissance, en 1926, de Frank Schnabel, québécois, fondateur de la Fédération Mondiale de l’Hémophilie et a été consacrée comme date de la journée mondiale.

Au Maroc, cette maladie toucherait plus que 3.000 personnes avec un grand  problème de prise en charge. Un hémophile au Maroc dépense en moyenne 3 millions de dirhams par an, entre 9.000 et 12.000 dirhams par mois, pour se faire soigner. Le traitement le plus fréquent dans notre pays est l’injection de plasma, avec le risque de transmettre des maladies comme l’hépatite ou le VIH.

L'hémophilie touche environ 400 000 personnes à travers le monde. Sans traitements, cette maladie entraîne des douleurs incapacitantes, des dommages graves aux articulations, l'invalidité et la mort. Aujourd'hui, environ trois quarts des personnes vivant avec l'hémophilie reçoivent peu ou aucun traitement.

L’hémophilie est une maladie hémorragique héréditaire à transmission récessive liée au chromosome X.

Le diagnostic biologique est porté sur un allongement du TCA avec un déficit en facteur VIII pour l’hémophilie A et du facteur IX pour l’hémophilie B.

Il existe une bonne corrélation entre l’intensité du déficit en facteur antihémophilique et la gravité clinique de la maladie [1-5]. On définit ainsi :

  • L’hémophilie sévère : Facteurs VIII ou IX : < 1 %,
  • L’hémophilie modérée : Facteurs VIII ou IX : 1 à 5 %,
  • L’hémophilie mineure : Facteurs VIII ou IX : 6 à 35 %.

Taxonomy term

Il est communément admis que la peur est un réflexe humain qu'il développe face à un danger imminent. Soit il réagit de sa léthargie et cherche en lui-même des moyens de lutte ou devient paralysé parce qu’il ne trouve ni idées ni solutions pour vaincre le danger.

Dans toutes les urgences médicales, les soignants bien formés doivent apprendre à gérer cette peur légitime du danger de perdre un patient pour justement ne pas céder à la paralysie. Mais pour confronter les complications avec courage, sérénité et savoir-faire, les soignants ont besoin d'un bon apprentissage, de moyens adéquats, de conditions de travail correctes et d'une reconnaissance sociale et financière.

Durant mes expériences dans les pays du Sud, la négligence ressentie par les soignants dans les services des urgences (dont on a besoin actuellement face à l'épidémie du Coronavirus) et ailleurs, les accablent et finit par les remplir de tristesse.

Avec le temps qui passe, une bonne partie d'entre eux arrive fatalement au désabusement, observant par exemple malgré elle des patients mourir faute de moyens dans les services de réanimation, dont on a besoin justement de son efficience aujourd'hui pour gérer les complications respiratoires du Covid 19.

Quand je posais des questions aux différents soignants que j'ai pu rencontrer, comment pouvaient-ils s'acclimater avec ces morts évitables parmi les patients et les nouveau-nés en détresse? Ils me répondaient désabusés que c'était de la responsabilité de l'administration qui ne leur offrait pas les moyens. Les plus valeureux d'entre eux, parce que j'en ai rencontré aussi, dépriment et finissent par jeter l'éponge puisque le système public n'est pas réformable sans une politique de santé volontariste et révolutionnaire, qui met le patient au centre des préoccupations du pays.

Vint l'épidémie du Coronavirus, et on commence à se rendre compte que le confinement ne pourra pas suffire pour justement contenir le virus. C'est nécessaire et c'est même la seule arme que puisse posséder le citoyen lambda pour éviter d'arriver à un hôpital dont il s'est toujours méfié. Mais une bonne partie de la population ne le fera pas correctement par indiscipline ou par obligation en absence de filets de sécurité économique des États.

La nouvelle donne, c'est que les soignants qui ont cherché en eux le courage de venir travailler, et ceux qui ont été réquisitionnés, n'ont pas tous les moyens adéquats de prévention. Et tout naturellement, ils ont commencé à avoir peur suite à l'atteinte d'un certain nombre d'entre eux, la fameuse peur paralysante qui les empêche d'affronter les patients, les tester sans parler de soigner les porteurs du virus avec confiance et sérénité. Comme un soldat dépareillé, mal habillé, mal armé et sans stratégie visible, il a le sentiment qu'il entre dans un combat perdu d'avance et pourrait se perdre dans le champ de bataille.

Les soignants craignent également de devenir un agent de transmission du Covid19 entre patients et vers leurs propre familles.

Sans outils, ni formations à laquelle j'ai appelé depuis le début, et sans mobilisation générale des soignants, la plupart des cabinets privés ont fermé et les soignants du public sombrent dans la baisse de moral voire la tristesse.

Le dépistage de masse pour traquer le virus est une solution qui a montré son efficacité en Corée du sud et en Allemagne. La France comme d'habitude tergiverse. Et le Maroc n'aura pas les moyens humains ni matériels de la mettre en place. Pour cela, il serait souhaitable d'organiser rapidement une cellule de crise minimaliste mais efficace comme dans la médecine humanitaire ou la médecine de guerre.

Je me demande qui aura la vision et l'audace de réunir toutes les bonnes volontés qui s'expriment pour une meilleure gestion de cette épidémie et une réorganisation rapide et efficace des soins de santé des urgences publiques? Le temps joue contre les léthargiques et ce virus ne connaît aucune barrière sociale. L'approche sécuritaire a ses limites. De grâce, préservez les soignants pour votre propre préservation. Ça paraît tout simple. Et Pourtant...


Taxonomy term

Le ministère de la Santé a confirmé que le nombre de cas de rage au Maroc avait diminué de 43 cas en 1985 à 15 cas en 2017.

Dans un communiqué publié à l'occasion de la journée mondiale contre la rage, le ministère de la santé a déclaré que les efforts de lutte contre cette maladie, dans le cadre du programme national lancé depuis 1986, avaient permis de réduire le nombre de cas de rage de 43 en 1985 à 15 cas en 2017, notant que 65 000 personnes sont vaccinées chaque année après avoir été mordues ou égratignées par des animaux, en particulier des chiens errants.

Selon le ministère de la santé, l'un des principaux piliers du programme national de lutte contre la maladie consiste à réduire le nombre de chiens errants qui jouent un rôle clé dans la transmission de cette maladie et à vacciner les personnes après l'exposition à des animaux soupçonnés d'être infectés par ce virus en partenariat avec le ministère de l'Agriculture, de la Pêche, du Développement rural, de l'Eau et des Forêts.

Le ministère a conseillé aux citoyens de vacciner les animaux domestiques contre cette maladie, d'éviter tout contact avec des animaux inconnus, en particulier des chiens et des chats, et de conseiller aux enfants de ne pas jouer avec des animaux inconnus, même s'ils sont gentils, en les encourageant à signaler toute morsure ou même une éraflure.

La rage est une maladie virale grave touchant les mammifères dont les humains. Après apparition des symptômes, elle est mortelle dans la quasi-totalité des cas. Elle est causée par un virus qui provoque une encéphalite. La rage est une zoonose assez commune qui touche surtout les carnivores.

 

 


Taxonomy term

Les troubles mentaux représentent un véritable problème de santé publique au Maroc. Selon une étude du ministère de la Santé, 48% de la population marocaine souffre de troubles mentaux et seulement 197 psychiatres, 5 pédopsychiatres et 1 069 infirmiers, très peu par rapport à la moyenne mondiale.

Selon cette étude, 48% des Marocains souffrent de problèmes psychologiques, soit environ un Marocain sur deux. Ces chiffres alarmants proviennent d'un rapport du ministère de la Santé sur le taux de personnes atteintes de troubles mentaux dans le pays.

L'étude a mis en évidence la pénurie des psychiatres dans le secteur public au Maroc, soit une moyenne de 0,63 psychiatres pour 100 000 habitants. Alors que la moyenne mondiale est de 3,66 psychiatres pour 100 000 habitants.

Cette enquête a montré qu'un Marocain sur quatre était en dépression et que 2% des citoyens avaient des symptômes de trouble de panique et qu'un million de Marocains souffraient de phobie sociale.

L'enquête a montré aussi que 2,7 millions de Marocains souffrent d'un trouble d'anxiété généralisé, 1,8 million d'un trouble obsessionnel-compulsif et 3,4% d'un TSPT (syndrome de stress post-traumatique).


Taxonomy term

  • 01 fév 2019

  • Par : Dr. Zouhair Lahna

  • Tags : sante, Maladie

Quand je ferme mes yeux et j’essaie de m’enfoncer dans mes souvenirs, je revois l’enfant de quatre ou cinq ans que j’étais combattre l’étouffement pour survivre. Asthmatique, il manquait d’air, chaque inspiration était difficile. Les expirations provoquaient des sifflements, qui deviennent de plus en plus audibles au plus fort de la crise. Il avait l’impression d’avoir des oiseaux dans son petit thorax. Les oiseaux c’est beau mais il n’en voulait pas. Cette sensation de manquer d’air est terrible… Il sentait qu’il est en train d’étouffer, ça le fatiguait de tirer sur ses petits muscles thoraciques à la recherche de l’oxygène, et ceci lui donnait l’impression funeste de l’imminence de la mort.

Cette faiblesse imposée par la maladie et fragilité occasionnée par l’allergie, a provoqué en moi une envie de combat. Un combat pour la survie … et la réussite. D’ailleurs, avais-je le choix ? Très jeune j’ai compris qu’il me faudrait étudier pour avoir un métier qui ne requiert pas une grande force physique. Jeune ou très jeune, je ne pouvais penser ni à l’argent ni au statut social ou encore les honneurs.

Ainsi, chaque rentrée scolaire, à la chute des températures, j’avais rendez-vous avec les crises qui me rappelaient ma fragilité et l’éphémère des plaisirs des vacances d’été en famille. Et si maintenant, j’aime l’automne, jeune je le détestais. Puisqu’il signifiait à mes yeux, la grisaille de la mort imminente.

Comme tout enfant, j’avais appris à vivre avec ma maladie et gérer ma faiblesse. Et comme tout garçon, je ne pouvais rester trop sage, j’avais des dépassements et bien sur des crises. Jusqu’à ce que ma volonté de vivre comme les autres : aller à la mer, faire du sport, sortir un peu le soir… a pu prendre le dessus et vaincre (presque) mon asthme. J’en garde toujours un terrain allergique, mais très peu de crises.

J’écris ce texte, pour donner de l’espérance aux jeunes et aux malades et parce qu’il a fallu fouiller dans moi-même pour trouver des réponses à mon engagement grandissant vis-à-vis des faibles et démunis. Cette volonté qui m’habite quotidiennement pour chercher les moyens de me rendre utile en y mettant tous les sacrifices nécessaires : Carrière, famille, quiétude et bourgeoisie…

Un collègue chirurgien m’a dit une fois avec un sourire au coin : Je respecte ce que tu fais, mais tu es comme quelqu’un assis dans une barque, en train de ramer à contre courant … Bravo, mais je ne le ferai pas !!

Justement c’est peut être cette envie de ramer à contre courant sur la mer dont j’ai été presque interdit pendant ma jeunesse, qui motive mes convictions et ma volonté de secourir ceux qui sont interdits de soins de qualité. Comme tous ces enfants de la plaine qui prennent la mer pour se sauver de leur quotidien, en cas de naufrage et de bon destin, ils trouvent des mains secourantes.

Je vois mon engagement comme une nécessité de lutter même avec les maigres moyens dont je dispose, contre les injustices que subissent les malades dans les pays en guerre et les pays pauvres ou déséquilibrés.

Certes, beaucoup de personnes font du bien de part le monde et d’autres transforment leurs métiers en vocation, mais pour que ceci devienne le quotidien qui anime une destinée, il faut bien plus : Il faut combattre pour la Vie!!


Pages