Maroc : A. Doukkali veut créer une Agence marocaine de santé publique

Le ministère de la Santé compte engager des réformes de la santé publique au Maroc, notamment l’élaboration d’une loi de santé publique et la création d'une Agence marocaine de santé publique chargée du pilotage des fonctions essentielles de la santé publique au Maroc. C’est ce qu’Anas Doukkali avait révélé, lors d’une rencontre à New York en marge de la 73 ème Assemblée générale de l’ONU (AGNU), avec le directeur général de l’agence américaine de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

La CDC a exprimé son souhait d'accompagner le ministère de la santé dans la réalisation de cette  réforme. Dans ce sens, la CDC va dépêcher une équipe d’experts pour effectuer une mission au Maroc en vue d’identifier les besoins d'appui au projet de mise en place de l’Agence marocaine de santé publique et former plus de 300 épidémiologistes marocains ainsi que le programme d'extension de la vaccination contre la grippe saisonnière.

Monsieur Anas Doukkali fait face à de nombreux défis, à savoir le manque de personnel médical, l’accès aux soins ainsi que le  manque d’infrastructures sanitaires et  la qualité des structures sanitaires.

 Il est à noter que les chiffres en matière d’accès aux soins de santé sont alarmants, une grande partie des citoyens ne peuvent pas les payer. Aujourd'hui au Maroc, la difficulté d'accéder aux soins se trouve aggravée par une inégale répartition géographique entre milieux et entre régions. Les écarts de densité sont importants non seulement entre les régions sanitaires mais aussi au sein de la même région. Bien plus, la distribution régionale des professionnels de santé favorise largement les régions métropolitaines. En effet, 22% des professionnels publics, sont concentrés dans les régions du Grand Casablanca et de Rabat-Salé ZemmourZâer ; c’est aussi dans ces deux régions que sont installés 50% des médecins exerçant dans le secteur libéral. Le Maroc souffre d'une pénurie aiguë en personnel de santé. Il ne compte que 6 médecins pour 10.000 habitants. Le pays est loin de répondre au standard de l'OMS fixé à 1 médecin pour 650 habitants. Selon le ministère de la santé, le manque de médecins est estimé à 7.000. Pour ce qui est des infirmiers, les besoins s'élèvent à 9.000. S'agissant du personnel infirmier et des sages-femmes, leur nombre s'élève à 24.328, ce qui représente une densité médicale de huit professionnels de santé pour 10.000 habitants, selon les statistiques sanitaires 2010 de l'OMS. Plusieurs rapports émanant d'organismes nationaux ou internationaux ont dressé un bilan dérisoire en termes de santé au Maroc. Le Réseau marocain pour le droit à la santé avait publié un rapport dans lequel il dénonce l’état piteux des hôpitaux au Maroc. Selon ce rapport, 70% des structures hospitalières relevant du secteur public sont non-conformes.