Cancer de la thyroïde

Message d'erreur

Deprecated function: The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls in _menu_load_objects() (line 579 of /home/pharmapr/public_html/includes/menu.inc).

Cancer de la thyroïde

Cancer de la thyroïde

Le cancer de la thyroïde est relativement rare. Il peut se présenter sous différentes formes et avoir des causes multiples.

Il concerne essentiellement les personnes plutôt jeunes (3 fois plus de femmes que d'hommes), mais il ne représente que 1 % de l'ensemble des cancers, soit 4 000 personnes par an en France (chiffre en augmentation régulière depuis 1970).

On distingue 4 grandes catégories de cancers de la thyroïde :

  • les cancers papillaires qui représentent environ 70 % d'entre eux ;
  • les cancers vésiculaires (ou folliculaires) qui constituent 10 % des cancers thyroïdienset qui concernent essentiellement les personnes autour de 40 ans ;
  • les carcinomes médullaires (qui affectent les cellules C), ou CMT (cancer médullaire de la thyroïde) qui représentent 5 % des atteintes et qui sont héréditaires pour 25 % d'entre eux ;
  • Les cancers anaplasiques (indifférenciés), qui sont graves, concernent surtout les personnes âgées et ne représentent que moins de 5 % des cas.

Les deux premiers sont bien différenciés, ce qui signifie qu'ils n'affectent pas les cellules au point de les déstructurer et de leur faire perdre leur capacité à fixer l'iode.

Détectés suffisamment tôt (comme c'est de plus en plus le cas aujourd'hui), le pronostic est plutôt bon.

Facteurs de risque et causes de ce cancer

Concernant le cancer de la thyroïde, le facteur de risque le plus souvent évoqué est l'irradiation :

  • dans le cadre d'un traitement de radiothérapie (des radiographies ne suffisent généralement pas à entraîner un cancer) ;
  • par le biais de l'iode radioactif.

Plusieurs études épidémiologiques estiment que l'accident de Tchernobyl, régulièrement évoqué, ne serait pas impliqué.

En ce qui concerne les causes on retiendra :

  • des antécédents familiaux (pour les formes médullaires surtout), entre 3 et 5 % des malades ayant eu un parent lui aussi atteint d'un cancer thyroïdien ;
  • une carence en iode (à l'origine du goitre) ;
  • à l'inverse un excès en iode :
    • soit par l'alimentation ;
    • soit par un traitement médicamenteux ;
  • l'exposition répétée aux rayons X (personnel médical) ;
  • certaines maladies thyroïdiennes :
    • thyroïdite d'Hashimoto,
    • nodule thryoïdien.

L'aspect émotionnel mis en évidence en décodage biologique des maladies est également tout à fait significatif et permettrait d'expliquer bon nombre de pathologies thyroïdiennes dont l'origine reste obscure pour la médecine classique.

Dans le cas des cancers, il s'agit d'un conflit émotionnel intense, toujours lié à une notion de vitesse et vécu :

  • de façon tout à fait inattendue ;
  • de façon dramatique ;
  • dans l'isolement ;
  • sans solution immédiate.

Diagnostic du cancer de la thyroïde

Il existe différents examens médicaux permettant de repérer un cancer de la thyroïde.

  • L'échographie permet, en cas de nodule, de préciser :
    • sa nature (liquide, solide ou mixte),
    • sa taille,
    • s'il est unique ou non ;
  • La cytoponction (au sein des nodules liquides ou des kystes) permet l'examen liquidien.
  • La scintigraphie permet de déterminer s'il s'agit d'un nodule chaud ou froid (risque de cancer).

Le diagnostic pourra être posé avec davantage de certitude (fiabilité de 95 %) suite à un examen microscopique du prélèvement réalisé au cours de la ponction. Cet examen permettra également de déterminer le type de cancer.

Le bilan thyroïdien biologique permet de repérer les cancers médullaires grâce au dosage de la calcitonine.

Symptômes

Deux symptômes doivent amener à consulter un médecin pour s'assurer qu'on ne développe pas de cancer thyroïdien :

  • la présence d'un nodule ou d'un ganglion à la base du cou ;
  • la modification de la voix prolongée (plusieurs semaines) sans cause particulière.

Malheureusement, le cancer de la thyroïde est très souvent asymptomatique.

Il est le plus souvent découvert de façon fortuite, au cours d'examens destinés à d'autres explorations : échographie cervicale ou scanner, par exemple.

Traitement de ce cancer

Le traitement du cancer de la thyroïde passe par la chirurgie thyroïdienne. Elle vise à retirer tout ou partie de la glande thyroïde en fonction de son atteinte, de l'étendue de celui-ci et de sa localisation.

  • C'est généralement l'ablation de la thyroïde qui est privilégiée, car le risque de récidive en cas d'ablation partielle est très fréquent.
  • L'opération se double également d'un curage ganglionnaire qui vise à éliminer toutes les cellules thyroïdiennes encore présentes et qui seraient susceptibles de développer un nouveau cancer.
  • Un mois environ après l'intervention, un traitement médicamenteux est instauré. Il s'agit d'une cure d'iode 131 destiné à détruire les cellules thyroïdiennes résiduelles.
  • En parallèle, il devient indispensable de mettre en place un traitement substitutif visant à assurer le rôle que devaient jouer les cellules thyroïdiennes. Il s'agit habituellement d'un traitement de thyroxine.

Évolution

Pronostic

Le pronostic des cancers thyroïdiens est bon.

Cela est encore plus vrai lorsqu'il est repéré rapidement et qu'il intervient chez un patient jeune. Dans ce cas, la guérison est pratiquement assurée bien qu'un suivi régulier doive être mis en place à vie.

  • Les personnes ayant présenté un CMT ont, par exemple, une survie moyenne de 70 % dans les 10 ans qui suivent leur traitement, et ce même si 57 % des malades ne sont pas guéris immédiatement après l'intervention chirurgicale.
  • En revanche, les risques sont légèrement augmentés lorsque la tumeur est repérée tardivement (qu'elle est déjà quelque peu étendue) et qu'elle concerne une personne âgée. Dans ce cas-ci, l'évolution cancéreuse post-traitement ne peut pas être exclue.
  • Toutefois, le traitement d'éventuelles métastases semble donner de bons résultats.

En savoir plus : vivre sans thyroïde

Suivi

Un suivi est nécessaire, notamment en cas de cancers papillaires et vésiculaires. Il consiste en une prise de sang qui vérifie :

  • la TSH (son taux doit être stable autour de 0,1) ;
  • la T3 ;
  • la T4 ;
  • le calcium ;
  • la thyroglobuline (qui doit être nulle) ;
  • éventuellement les anticorps anti-TG susceptibles de fausser le résultat précédent.

Le suivi doit être mené comme suit :

  • pendant les deux premières années : tous les 6 mois ;
  • par la suite, à vie : tous les 2 ans.

Pour ce qui est des cancers médullaires, les prises de sang permettront de vérifier :

  • le dosage de la calcitonine (lorsque le taux double dans les 6 mois il mène au décès, ce qui est extrêmement rare) ;
  • le taux de l'antigène carcino-embryonnaire.

Source : Revue des Maladies de A à Z 

 

! Pharmapresse est un journal d'information sur la santé. En aucun cas, il ne saurait se substituer à une consultation médicale. Veuillez nous signaler toute erreur, oubli ou information incomplète. Merci