Maroc : Prise en charge médicale des couples infertiles

  • 01 mai 2015

  • Par : pharmapresse

  • Tags :

Sous le thème : «Quelle prise en charge médicale pour les couples infertiles? », l’association Marocaine des aspirants à la maternité et à la paternité (MAPA) organise son deuxième séminaire, le Vendredi 15 Mai 2015 à Casablanca.

Le séminaire sera une occasion pour discuter de nombreux sujets en relation avec la thématique de l'infertilité au Maroc, elle se penchera sur différentes problématiques liées aux difficultés auxquelles font face les couples souffrant de problèmes d'infertilité pour accéder au traitement, notamment la cherté des chirurgies et d'autres actes médicaux. Cette rencontre nationale verra la participation du ministère de la santé, de l’agence nationale de l’assurance maladie, des médecins spécialistes du secteur public et privé, d'experts, d'acteurs intéressés par la question de la famille , des élus et des personnes souffrant de l’infertilité qui vont livrer leurs témoignages.

Ce rendez-vous se tient, selon ‘‘MAPA’’, à un moment marqué par l’absence d’une couverture médicale pour les traitements et les frais occasionnées par les actes médicaux liés à la lutte contre l’infertilité, ce qui constitue un fardeau supplémentaire à supporter par les aspirants à la maternité et à la paternité en raison du refus des institutions d’assurance médicale, publiques et privées, de rembourser ces opérations et actes médicaux dont le coût varie entre 25 et 45 milles dirhams . Le séminaire sera aussi une occasion pour discuter des impacts sociaux et psychiques liées à ce problème d’infertilité.

Difficultés de prise en charge des couples infertiles :

Le remboursement limité des frais de fécondations in vitro et son coût de revient élevé restent largement dissuasifs pour les demandeurs. La CNOPS prend en charge une seule tentative à hauteur de 5.000 DH de remboursement. L’ensemble des démarches à réaliser jusqu’à la FIV coûtent au total près de 30 000 DH. Au Maroc, selon les statistiques, 825.000 personnes souffrant d’infertilité . Pour les spécialistes, les vingt centres privés d’aide à la procréation que comptent le Maroc ne réalisent que 3500 FIV/an pour 32,5 millions d’habitants alors que la Tunisie qui ne compte que 10 millions d’habitants pratique quant à elle plus de 10.000 FIV/an car l’Etat prend en charge les frais de la PMA.