Maroc : la carie touche 92% des adultes

Les affections bucco-dentaires sont classées parmi les maladies chroniques les plus courantes. Elles constituent un véritable problème de santé publique au Maroc. Entre dents déchaussées, caries multiples, infections, il n'avait jamais connu un tel taux d'urgences dentaires graves.

 Plusieurs cas de décès ont été imputés à la négligence des dents. Le marocain accorde peu d’intérêt aux soins bucco-dentaires, les considérant comme étant une prévention inutile et onéreuse. Selon une  récente enquête épidémiologique réalisée par le ministère de la Santé montre que la carie touche 92% des adultes de 35-44 ans, 87% des adolescents de 15 ans et 81% des enfants de 12 ans. Les statistiques  révèlent également qu’un nombre important de marocains n’ont jamais consulté de médecins dentistes, en effet 27% des adultes de 35-44 ans n’ont jamais bénéficié de dépistage dentaire. Ce chiffre est beaucoup plus inquiétant chez les plus jeunes: 68% des adolescents de 15 ans et 89% des enfants de 6 ans. Les Marocains ne vont pas chez les dentistes pour la prévention, mais plutôt pour la guérison. Cette négligence est d’autant plus dangereuse et néfaste pour les personnes souffrantes déjà de maladies chroniques comme les sujets cardiaques, diabétiques ou néphropathes, hémophiles, ou cancéreux…

 La prévalence élevée des affections bucco-dentaires du citoyen marocain est due à plusieurs facteurs à savoir : le régime alimentaire, le manque et l’absence  d’hygiène dentaire, l’intérêt limité de la population marocaine pour la santé bucco-dentaire, l’insuffisance d’information et d’éducation en matière de santé bucco-dentaire, la difficulté d’accès aux soins, l’absence de couverture médicale pour la grande majorité de la population, le revenu limité qui empêche d’avoir recours aux soins et l’insuffisance de l’infrastructure humaine et matérielle .

Il est à noter que le Maroc ne compte que 1 médecin dentiste pour 8 100 habitants (4.515 médecins-dentistes dans le secteur privé et 600 dans le public), la prévention reste la meilleure des solutions pour lutter contre les affections bucco-dentaires. Il est nécessaire d’éduquer la population aux bonnes pratiques : une bonne hygiène alimentaire, un brossage efficace au moins deux fois par jour, l’utilisation du fil dentaire et des visites régulières chez le médecin dentiste.