Les 10 épidémies les plus dévastatrices de l’Histoire

L’histoire nous a montré que depuis des siècles, le monde a été traversé par des épidémies de toutes sortes : Peste, choléra, variole… Quelles sont les 10 épidémies les plus dévastatrices de l’Histoire ?

1-La peste noire (1347-1352) :

Appelée aussi « mort noire », la peste noire a touché l'Asie, le Moyen-Orient, l'Afrique du Nord et l'Europe. Près de la moitié de la population européenne a été décimée par la peste noire venue d'Asie. La peste est extrêmement contagieuse. On raconte que les personnes atteintes mouraient trois jours après l’apparition des premiers symptômes. Les cimetières ont rapidement été comblés, si bien que les morts étaient enfouis à la sauvette dans des fosses communes. Pour ce qui est du traitement, les médecins de l'époque (qui n'étaient pas très au point) conseillaient brûler des troncs de choux et des pelures de coing, l'abstinence sexuelle et les processions religieuses pour éloigner les démons.

2-La grippe espagnole (1918) :

Elle est due à une souche (H1N1) particulièrement virulente et contagieuse d’origine la Chine (pour le « virus père ») et les États-Unis (pour sa mutation génétique). Elle serait la pandémie la plus mortelle de l'histoire dans un laps de temps aussi court. La pandémie s'est répandue à travers le monde en trois vagues, la première au printemps 1918 peu mortelle puis deux autres bien plus virulentes en raison probablement de mutations du virus qui l'ont rendu plus agressif. Très peu de régions dans le monde ont échappé à cette pandémie. L'Australie figure parmi les pays les moins touchés grâce à une politique stricte de mise en quarantaine. Cette pandémie a fait 50 millions de morts selon l'Institut Pasteur, et jusqu'à 100 millions selon certaines réévaluations récentes6.

3-La peste de Justinien (541-542) :

Dite aussi « pestis inguinaria ou pestis glandularia » en latin. C’est est la première pandémie de peste (les pestes précédentes restent incertaines quant à leur nature exacte). Elle a sévi entre 541 et 767 dans tout le bassin méditerranéen, avec un épisode paroxysmique jusqu'en 592. Selon l'historien byzantin Procope de Césarée, l'épidémie débute en Égypte en 541 pour atteindre Constantinople au printemps 542 où elle fait plus de 10 000 morts par jour2 ; elle suit les voies de commerce du bassin méditerranéen, ravage à plusieurs reprises l’Italie, les côtes méditerranéennes, remonte le Rhône et la Saône, atteint même l’Irlande et la Grande-Bretagne3. Par la suite, elle se propage aussi à l'est, ravageant la Syrie ou la Mésopotamie. Certaines sources parlent de 100 millions de victimes. La peste de Justinien avait comme particularité la nécrose de la main. Il s'agit de la première occurrence historique de la peste bubonique.

4-Le sida (depuis 1981) :

Le Sida a été découvert au début des années 1980. Le 5 juin 1981, le Centre de contrôle des maladies d'Atlanta (CDC), aux Etats-Unis, inquiet en raison d'une fréquence anormalement élevée de sarcomes de Kaposi, donne l'alerte. Une nouvelle maladie infectieuse frappe les homosexuels de Californie. En mai 1983 que l'on commence à parler du sida en Europe, l'Institut Pasteur publie dans la revue Science la première description du virus responsable du sida. Les chercheurs qui ont isolé le virus - Luc Montagnier, Jean-Claude Chermann et Françoise Barré-Sinoussi - l'appellent alors le Lymphadenopathy Associated Virus (LAV). Il deviendra par la suite VIH-1. Plus de 25 millions de personnes dans le monde sont mortes de maladies liées au sida, depuis 1981. La contamination sur la planète n'a que faiblement diminué ces dernières années: de 1,9 million en 2010 à 1,7 million en 2016. L'Afrique concentre toujours la majeure partie des nouveaux cas: en moyenne deux infections sur trois.

5-La peste Antonine (165-190) :

Elle doit son surnom « antonine » à la dynastie qui dirigeait alors l'Empire romain: les Antonins. L'épidémie se serait déclarée à Séleucie du Tigre, une ancienne ville située en Irak. Elle a ensuite touché l'Égypte et l'Asie pour s'étendre jusqu'en Italie et sa capitale, Rome. L'épidémie aurait fait plus de 2 000 victimes par jour.

6-La grippe asiatique (1956-1958) :

Elle trouve son origine en Chine et est née de la mutation des canards sauvages en les combinant avec une souche humaine de grippe. Le virus a été identifié pour la première fois dans la province du Guizhou et s'est étendu à Singapour en février 1957. Il a atteint Hong Kong en avril, et les États-Unis en juin. Le virus est passé de canards à l'homme, puis a commencé à transmettre d'humain à humain. C'est un sous type H2N2, la maladie a ensuite évolué sous la forme H3N2 et entraine une nouvelle pandémie de 1968 à 1969. Selon l'OMS, 2 millions de personnes sont mortes à la suite de cette épidémie de grippe.

7-La variole et les Amérindiens (1492-1650) :

Les Amérindiens (les premiers occupants du continent américain) ont été exterminés par cette épidémies. Ramenée directement d'Europe à une population qui n'y avait jamais été confrontée, la variole a ainsi en grande partie décimé la population amérindienne. On estime entre 10 à 50 % la part de la population de la cité qui serait morte à cause de cette maladie en deux semaines.

8-La troisième pandémie de choléra (1852-1860) :

Elle est généralement considérée comme la plus dévastatrice des grandes pandémies historiques. Partie de l'Inde elle s'est étendue à de vastes zones d'Asie, d'Europe, d'Amérique du Nord et d'Afrique. Elle a décimé plus particulièrement la Russie où la maladie a fait plus d'un million de victimes.

L’OMS estime que plusieurs millions de personnes contractent le choléra annuellement. C’est aujourd’hui l’Afrique qui est la principale victime de la septième pandémie connue de choléra, qui a débuté l’Indonésie en 1961.

9-La grande peste de Londres (1665) :

La maladie semble avoir été apportée par des bateaux en provenance des Pays-Bas en 1664. La maladie étant arrivée en hiver, elle ne se propage pas à grande vitesse, par contre au printemps et durant l'été 1665, c'est là que l'épidémie fait rage à cause d'une chaleur inhabituelle. Dès la première semaine du mois de juillet 1665, 700 morts sont recensés. Dès le mois d'août, c'est plus de 6 000 victimes par semaine qui décèderont.

L'expansion de la maladie s'arrête en février 1666 et aura fait au total 100 000 morts, soit environ 20% de la population du Royaume-Uni de l'époque.

10-La peste d'Athènes (430-426 av.JC) :

La peste d'Athènes n'était en fait pas la peste, mais le typhus. Elle a causé plusieurs dizaines de milliers de morts, soit près d'un quart à un tiers de la population.